L'IREMAM accueille - Larbi Chouikha

"Réformer les médias dans le contexte tunisien de transition : une entreprise politique périlleuse ?"

Jeudi 20 février 2014, 14h30, MMSH, salle 219.

Larbi Chouikha, Professeur de l’enseignement supérieur à l’Institut de Presse et des Sciences de l’Information (IPSI - Université de la Manouba, Tunisie) a participé, après la chute du régime autoritaire de Ben Ali, à deux instances ayant vocation à conduire la première phase de transition politique vers la démocratie en Tunisie. Il a été membre de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE), autorité indépendante chargée d’organiser les élections d’une Assemblée Nationale Constituante (ANC) le 23 octobre 2011, ainsi que de l’Instance Nationale Indépendante pour la Réforme de l’Information et de la Communication (INRIC), organisme chargé de faire des propositions en matière de réformes des médias pendant la première phase de la transition. Il est l’un des co-rédacteur du rapport final de l’INRIC.

Il est l’auteur notamment :

L'Instance Supérieure Indépendante pour les élections et le processus électoral tunisien : un témoignage de l'intérieur, Confluences Méditerranée 2012/3 (N°82)

(avec Éric Gobe), La force de la désobéissance : retour sur la chute du régime de Ben Ali, Tiers-Monde, Hors-série, 2011, p. 219-226.

Évoquer la mémoire politique dans un contexte autoritaire : ‘‘l’extrême gauche’’ tunisienne entre mémoire du passé et identité présente, L'Année du Maghreb, 6, 2010, Paris, CNRS Éditions p. 427-440.

Un cyberspace autonome dans un espace autoritaire : l’expérience de Tunisnews, in Khadija Mohsen-Finan (dir.), Les médias en Méditerranée. Nouveaux médias, monde arabe et relations internationales, Arles/Aix-en-Provence, Actes Sud/MMSH, 2009.

Pluralisme politique et presse d’opposition sous Bourguiba, in Michel Camau et Vincent Geisser (dir.), Habib Bourguiba. La trace et l’héritage, Paris, Karthala, 2004, p. 341-355.

Année
2014
Catégorie d'archive