RESEARCH SEMINARS

These research seminars are organised and run by IREMAM researchers and teacher-researchers. The seminars are listed by date of first session.

CREDITS-Iris-Seri-Hersch-Cafe-Bahri-500

Photo : café Bahri © Iris Seri-Hersch

Responsables : Amélie Chekroun et Norig Neveu
Les séances ont lieu un lundi par mois, de 13h30 à 15h30 à la MMSH, en salle A219.

Programme

Lundi 13 septembre 2021, 13h30-15h30 en présentiel, salle A219 et en visioconférence. 
Antoine Perrier, IREMAM, Histoire économique et sociale du Maroc contemporain : chantiers de recherche.

Lundi 11 octobre 2021, 13h30-15h30, MMSH, salle A219. Cette séance sera consacrée à l'accueil des nouveaux doctorants de l'équipe, inscrits depuis 2020. Quatre d'entre eux présenteront leur projet de thèse en une quinzaine de minutes : 

Mattéo Coq, "La construction étatique des Safavides à l’aune des conflits avec les Ottomans : les dynamiques qizīlbāš à la frontière ottomano-safavide (1469-1618)", sous la direction de Nicolas Michel et Homa Lessan-Pezechki

Yoan Parrot, "Gouverner les marges : innovations politiques et pratiques du pouvoir dans les confédérations turkmènes Qara Qoyunlu et Aq Qoyunlu (Anatolie orientale, Azerbaïdjan, Iraq, Iran, c. 1350-c. 1500)", sous la direction de Julien Loiseau

Jamela Ouahhou, "Esclaves et affranchis dans les discours et pratiques juridiques du Proche-Orient de l’époque mamelouke (XIV-XVe siècle)", sous la direction de Julien Loiseau.

Charlotte Gas, "La patrimonialisation de la vieille ville d'Hébron : monographie d'une coopération internationale en réseau et biographies d'acteurs culturels au Proche-Orient", sous la direction de Norig Neveu et Cyril Isnart (IDEMEC).

Lundi 8 novembre 2021, 13h30-15h30, MMSH, salle A219.
Anael Poussier, ATER AMU, doctorant Paris 1, IMAf/IREMAM, "Écrire une histoire sociale de la Mahdiyya au Soudan (1881-1898) : le cas des sources administratives du bayt al-māl de Tūkar".

Lundi 13 décembre 2021
Annalaura Turiano, IREMAM, « La fabrique de la bienfaisance : acteurs, pratiques et réseaux transnationaux 1880-1980 (Égypte, Syrie, Palestine). »
Hiba Abid, New York University, « La dévotion au Prophète Muḥammad au prisme des livres de piété dans le Maghreb prémoderne (XVIe-XIXe siècles). Matérialités, images, pratiques. »

Lundi 10 janvier 2022, 13h30-15h30, en visioconférence
Mélina Joyeux, TELEMMe, « Les écoles-ateliers des Sœurs blanches en Algérie et Tunisie coloniales (années 1870-1940).»
Sami Ouchane, Mesopolhis, « La politique de coopération éducative de la France au Liban (1946-1990). »

Lundi 7 février 2022, 13h30-15h30, MMSH, salle A219. Avancée des recherches du projet HornEast
Julien Loiseau, AMU/IREMAM, Anna Lagaron, IREMAM/HornEast, et Amélie Chekroun, IREMAM, « Quelles sources pour écrire l’histoire de l’islam médiéval éthiopien, Xe-XIIIe siècle ? Présentation du corpus épigraphique des sites funéraires musulmans du sud est du Tigray. »
Simon Dorso, IREMAM / HornEast, « Archéologie de l’islam médiéval éthiopien (ou comment faire de l'histoire sans sources écrites). »

Lundi 14 mars 2022, 13h30-15h30, MMSH, salle A219. Séance autour du projet ANR-DFG Egylandscape - "Land and Landscapes in Mamluk and Ottoman Egypt (13th-18th Centuries) / Terre et paysages dans l’Égypte mamelouke et ottomane, XIIIe-XVIIIe siècles". Coordonné par Nicolas Michel et Albrecht Fuess.
Avec Ghislaine Alleaume, IREMAM, Marianna Ghiglia, chercheuse associée à l'IREMAM et Nicolas Michel, AMU/IREMAM.

Lundi 11 avril 2022 - Présentation des recherches de l’axe Éducation - Séance reportée en septembre
Juliette Honvault, IREMAM, « Séminaire de l'axe Éducation de l'Iremam : synthèse et état des lieux. »
Christine Mussard, AMU/IREMAM, « La scolarisation des élèves algériens entre 1945 et 1962, état de la recherche. »

Lundi 9 mai 2022
Didier Guignard, IREMAM, « Une microhistoire de familles et de ferme coloniale en Algérie, XIXe-XXe siècle. »

Lundi 13 juin 2022 - Échanges diplomatiques en Méditerranée médiévale
Mohamed Ouerfelli, IREMAM/AMU, « Rencontres entre souverains musulmans et chrétiens : négociations et pratiques diplomatiques au Moyen Âge. »
Alessandro Rizzo, (FNRS, Université de Liège), « Le lexique de la diplomatie entre le sultanat mamelouk et les pouvoirs chrétiens. »

En savoir plus sur le pôle Histoire et islamologie : objets et pratiques 

Livres & MAM est un cycle d’entretiens organisé par l’IREMAM et la médiathèque de la MMSH avec les auteur·e·s d’ouvrages académiques récents sur les mondes arabes et musulmans. Les séances sont visibles sur la chaîne Youtube de l’IREMAM et réécoutables en podcast sur Anchor et les principales plateformes (Spotify, Google PodcastsApple Podcasts, Pocket Casts, Radio Public et bientôt d’autres). Responsables : Thomas Pierret et Marine Poirier.

Islam, réforme et colonisation en Algérie - Livres & MAM avec Augustin Jomier 

MardI 14 septembre 2021, de 14h à 15h, en visioconférence, Livres & MAM accueillait Augustin Jomier (INALCO) pour évoquer Islam, réforme et colonisation. Une histoire de l'ibadisme en Algérie (1882-1962) (Editions de la Sorbonne, 2021). L’entretien était animé par Thomas Pierret.

Comment écrire une histoire des temps coloniaux à partir de points de vue d'Algériens et comment penser le réformisme musulman, problème majeur de l'histoire contemporaine de l’islam ? C’est à ces deux questions connexes, aussi centrales qu’irrésolues, que s’attaque simultanément Augustin Jomier dans cette étude sur l’ibadisme contemporain. Ce livre retrace la trajectoire de la minorité des musulmans berbères et ibadites du Mzab, au nord du Sahara, depuis l’occupation de cette région par la France en 1882, jusqu’à l’indépendance de l’Algérie, en 1962. Il montre comment, face à la domination coloniale, des savants musulmans (les oulémas) s’emparent de l’idée de réforme en islam, pour en faire une arme de conquête du leadership et de reconfiguration de la religion et de la société locales. L’ouvrage est empruntable et consultable à la médiathèque de la MMSH (cote : 8-44584).

Lien vers l’évènement Facebook / L'entretien est disponible sur la chaîne YouTube de l'IREMAM et en podcasts sur AnchorSpotify et Apple Podcasts.

Espaces inter-frontaliers au Moyen-Orient - Livres & MAM avec Daniel Meier

Vendredi 22 octobre 2021, de 15h à 16h, à la médiathèque de la MMSH, en salle Michel Seurat et en visioconférence, Livres & MAM accueillait Daniel Meier (Sciences Po Grenoble, GSI/UNIGE - Genève), pour évoquer In-Between Border Spaces in the Levant (Routledge, 2020). L'entretien était animé par Cédric Parizot.

Cet ouvrage collectif porte sur les espaces interstitiels ou inter-frontaliers au Moyen-Orient à travers cinq études de cas : le Sinaï, le Liban, le Nord de l'Irak, les Territoires palestiniens occupés et Chypre. Il interroge la manière dont les acteurs vivant dans ces régions manifestent leur appartenance en dépit des contraintes apparentes de l'histoire et de la politique. Les contributeurs de l'ouvrage étudient ces zones inter-frontalières des points de vue de l'espace (territorial et symbolique), du pouvoir (des Etats et acteurs non étatiques) et de l'identité (définition de soi et de l'autre). Appréhendant les frontières comme des processus, ils renouvellent la compréhension de la souveraineté et de l'appartenance dans de telles zones interstitielles. L'ouvrage est empruntable et consultable à la médiathèque de la MMSH (côte : 8-44751).

Lien vers l’évènement Facebook / L'entretien est disponible sur la chaîne YouTube de l'IREMAM et en podcasts sur Anchor, Spotify et Apple Podcasts.

Les mondes de la bienfaisance - Livres & MAM avec Laura Ruiz de Elvira et Sahar Aurore Saeidnia

Mardi 23 novembre 2021, de 14h à 15h, à la médiathèque de la MMSH, en salle Seurat et en visioconférence, Livres & MAM accueillait Laura Ruiz de Elvira (IRD) et Sahar Aurore Saeidnia (ULB), pour évoquer Les mondes de la bien-faisance. Les pratiques du bien au prisme des sciences sociales (CNRS, 2020). L'entretien était animé par Norig Neveu.

Charité, philanthropie, solidarité, aide humanitaire, care… les pratiques du « bien » sont au cœur du fonctionnement de nos sociétés. Interdisciplinaire et comparatiste, cet ouvrage propose de les analyser dans leur pluralité et leurs diverses histoires politiques, sociales et religieuses, de la Judée antique à la France contemporaine, en passant par la Tunisie et l’Iran du xixe siècle. Il explore les mondes de la bien-faisance au prisme des représentations qui leur sont associées, de leurs fondements moraux, des formes organisationnelles qu’ils adoptent, mais aussi – et surtout – à partir des investissements concurrentiels du social qu’ils produisent. Ce faisant, il met en lumière le caractère construit, voire conflictuel, du partage des tâches et expose en quoi et comment celui-ci contribue au maintien de l’ordre social et de ses hiérarchies, ou bien à sa recomposition et à sa critique. L'ouvrage est consultable et empruntable à la médiathèque de la MMSH (cote : 8-44839).

Lien vers l'évènement Facebook / L'entretien est disponible sur la chaîne YouTube de l’IREMAM et en podcasts sur Anchor, Spotify et Apple Podcasts.

Islam et école en France - Livres & MAM avec Samia Langar 

Vendredi 3 décembre 2021, de 14h à 15h, en visioconférence, Livres & MAM accueillait Samia Langar (ISPE/Université Lumière Lyon 2) pour évoquer Islam et école en France. Une enquête de terrain (Presses Universitaires de Lyon, 2021). L'entretien était animé par Françoise Lorcerie.

Pourquoi et comment sommes-nous passés de la « Marche des Beurs » de 1983, revendiquant l’égalité et la pleine citoyenneté française, à un nouvel investissement de la religion musulmane qui, selon certains, frappe aux portes de l’école ? C’est ce processus complexe que Samia Langar analyse dans cet ouvrage. La chercheuse donne la parole aux premiers intéressés : les personnels de l’Éducation nationale et les parents de culture musulmane. Ces enfants souvent montrés du doigt sont des élèves comme les autres et, à ce titre, enseignants comme parents pensent d’abord à leur réussite scolaire. Ces enfants sont aussi les habitants de territoires enclavés de la banlieue lyonnaise, devenus leur seul refuge. Ces enfants sont enfin des Français que l’on qualifie encore, après quatre générations nées en France, comme étant « issus de l’immigration ».

Les questions d’intégration, d’identité et de laïcité traversent les échanges, et laissent clairement transparaître un déficit de reconnaissance. Quant au retour à la religion, il apparaît davantage comme un recours face au sentiment d’exclusion, et son expression est avant tout celle d’une aspiration intérieure et non d’une revendication collective. L'ouvrage est consultable et empruntable à la médiathèque de la MMSH (cote : 370 LAN).

Lien vers l'évènement Facebook / L'entretien est disponible sur la chaîne YouTube de l’IREMAM et en podcasts sur AnchorSpotify et Apple Podcasts.

Syrie, une nouvelle ère des images - Livres & MAM avec Cécile Boëx

Mardi 7 décembre 2021, de 13h30 à 14h30, à la médiathèque de la MMSH, en salle Michel Seurat et en visioconférence, Livres & MAM accueillait Cécile Boëx pour évoquer Syrie, une nouvelle ère des images. De la révolte au conflit transnational (CNRS, 2021). L'entretien était animé par Thomas Pierret.

Depuis 2011, la révolte et le conflit en Syrie ont généré une masse considérable d’images produites par des manifestants, des activistes et des combattants. Disséminées sur Internet ou dans des cartes mémoires de téléphones portables, elles rendent compte de manières de documenter, de raconter et de vivre la protestation, l’engagement, la guerre et la violence extrême. Cet ouvrage explore ce vaste territoire d’images et de sons pour éclairer d’un nouveau jour ce conflit, ses acteurs, ses temporalités et les imaginaires qui s’y déploient. À partir d’enquêtes numériques mais aussi d’entretiens auprès de ceux qui ont filmé, il s’agit de saisir les multiples formes d’expression de la révolte et son basculement dans une guerre dont les enjeux dépassent les frontières syriennes. Au plus près de la fabrique, des usages et des grammaires de productions audiovisuelles issues de différents espaces du conflit, l’objectif est également de comprendre comment elles coexistent et s’affrontent. L'ouvrage est consultable et empruntable à la médiathèque de la MMSH (cote : SYR 070 BOE).

Lien vers l'évènement Facebook / L'entretien est disponible sur la chaîne YouTube de l’IREMAM et en podcasts sur AnchorSpotify, Google Podcasts et Apple Podcasts.

Ethnographie filmée des musiciens du désert du Thar - Livres & MAM avec Fabienne Le Houérou

Jeudi 27 janvier 2022, de 14h à 15h, en visioconférence, Livres & MAM accueillait Fabienne Le Houérou pour évoquer Ethnographie filmée des musiciens du désert du Thar en Inde. Princes et Vagabonds, poussière d'exils (L’Harmattan, 2021). L'entretien était animé par Maya Ben Ayed.

L'auteur s'appuie sur une heuristique des images et, en particulier, un long métrage : Princes et Vagabonds, afin d'élaborer une ethnographie filmée des musiciens itinérants dans le désert du Thar (Rajasthan, Inde). Par le prisme du film et des images animées, elle montre l'existence d'une poussière d'exils induite par le système des castes, les exils intérieurs, les exils sociaux, les exils religieux, les seuils/exils de ces musiciens qui tentent de se réinventer en migrant dans des ailleurs aux multiples ouvertures. Fabienne le Houérou s'attèle ainsi à saisir le caractère « rhizomorphe » d'une théorie des exils pluriels en insistant sur les correspondances entre exils forcés et volontaires. L'ouvrage est consultable et empruntable à la médiathèque de la MMSH (cote : 8-44843).

Lien vers l'évènement Facebook / L'entretien est disponible sur la chaîne YouTube de l’IREMAM et en podcast sur Anchor.

Imaging and Imagining Palestine - Livres & MAM avec Karène Sanchez Summerer et Sary Zananiri

Mardi 8 février 2022, de 13h30 à 14h30, à la médiathèque de la MMSH, en salle Seurat, Livres & MAM accueillait Karène Sanchez Summerer et Sary Zananiri pour évoquer Imaging and Imagining Palestine. Photography, Modernity and the Biblical Lens, 1918–1948 (Brill, 2021). L'entretien (en anglais) était animé par Norig Neveu.

Imaging and Imagining Palestine is the first comprehensive study of photography during the British Mandate period (1918–1948). It addresses well-known archives, photos from private collections never available before and archives that have until recently remained closed. This interdisciplinary volume argues that photography is central to a different understanding of the social and political complexities of Palestine in this period. 
While Biblical and Orientalist images abound, the chapters in this book go further by questioning the impact of photography on the social histories of British Mandate Palestine. This book considers the specific archives, the work of individual photographers, methods for reading historical photography from the present and how we might begin the process of decolonising photography.

Lien vers l'évènement Facebook

Vers un nouveau régime de surveillance dans les sciences sociales - Livres & MAM

Mardi 22 février 2022, de 14h à 15h, à la médiathèque de la MMSH, en salle Seurat, Livres & MAM accueillait les éditeurs scientifiques (Pierre Fournier, Vincent Geisser, Yves Mirman) et deux contributrices (Laurence Dufresne Aubertin et Marianna Gighlia) de l'ouvrage L'enquête en danger. Vers un nouveau régime de surveillance dans les sciences socialesPhilippe Aldrin, Pierre Fournier, Vincent Geisser, Yves Mirman (Armand Colin, 2022). L'entretien était animé par Thomas Pierret.

Quelles sont aujourd’hui les contraintes qui pèsent sur la production de connaissances sur la société ? Quelles sont les contingences qui la rendent possible et celles qui la menacent ? Quand on réfléchit aux formes de surveillance qui s’exercent sur les chercheurs en sciences sociales jusqu’à mettre en danger leur enquête, on pense aux réactions des personnes rencontrées dans les investigations. Il faut songer aussi au regard des collègues universitaires et à l’attention administrative, gestionnaire, judiciaire ou policière qui encadre le travail des chercheurs. Au-delà des controverses publiques, l’ouvrage analyse ces points avec la rigueur du raisonnement sociologique, donnant à voir des expériences d’enquêtes dans des contextes à la fois démocratiques et autoritaires. En parcourant l’ouvrage, le lecteur portera un regard cru sur la condition de chercheur de terrain et ses enjeux scientifiques, mais aussi sur ses enjeux citoyens pour alimenter le débat public. L'ouvrage est consultable et empruntable à la médiathèque de la MMSH (cote : 300.7 ENQ).

Lien vers l'évènement Facebook / L'entretien est disponible sur la chaîne YouTube de l’IREMAM et en podcasts sur Anchor, Spotify et Apple Podcasts.

Les Touareg de l'Ahaggar photographiés par Marceau Gast - Livres & MAM avec Hélène Claudot-Hawad

Vendredi 11 mars 2022, de 11h à 12h, Livres & MAM accueillait Hélène Claudot-Hawad pour évoquer Habiter le désert. Les Touareg de l'Ahaggar photographiés par Marceau Gast. 1951-1965 (Éditions Non Lieu, 2021). L'entretien était animé par Kamel Chachoua.

En octobre 1951, un jeune instituteur de vingt-quatre ans, Marceau Gast, arrive au Sahara chez les Touareg Kel Ahaggar, dans le sud algérien. Pendant trois ans, il sera instituteur nomade, changeant de groupement à chaque rentrée scolaire. Au gré des saisons et des parcours, Marceau Gast photographie les différentes facettes de la vie nomade oscillant entre les ressources rares des monts escarpés de l’Ahaggar et l’abondance des pâturages salés, à six cents kilomètres plus au sud, dans les plaines de la Tamesna. Pour ses hôtes, habiter le désert rime avec nomadisme. Mais, en ce milieu de XXe siècle, la gestion coloniale du vaste territoire des Kel Ahaggar relève de deux administrations distinctes – l’Algérie et l’AOF (Afrique occidentale française). Cette partition porte en germe la menace qui s’abattra sur la salutaire mobilité nomade entre montagne et plaine. Les photographies de Marceau Gast témoignent d’un mode de vie qui en quelques décennies s’est profondément transformé. L’instituteur devenu ethnologue en 1960 poursuivra les questionnements nés au cours de son premier séjour dans l’Ahaggar. Il constituera un important corpus photographique pour illustrer ses recherches sur l’alimentation en milieu aride et les stratégies mises en œuvre pour échapper à la famine. L'ouvrage est consultable et empruntable à la médiathèque de la MMSH (cote : 8-44737).

Marceau Gast (Chéragas/Alger, 1927 – Aix-en-Provence, 2010), directeur de recherche au CNRS, a réalisé la majorité des photographies publiées ici entre 1951 et 1956, alors qu’il était instituteur dans l’Ahaggar, en milieu nomade puis sédentaire. En plus de ses nombreuses publications scientifiques, il a relaté son parcours original dans ses mémoires intitulées Tikatoûtin (2004, La Boussole).

Hélène Claudot-Hawad, anthropologue, directrice de recherche au CNRS, a débuté ses enquêtes de terrain sur le monde touareg dans l’Ahaggar avec Marceau Gast, co-directeur de sa thèse. Elle a écrit ou dirigé de nombreux ouvrages dont Touaregs, Apprivoiser le désert (2002, Gallimard), Berbères ou Arabes ? Le tango des spécialistes (2006, Non Lieu), Mimétisme des corps et conquête des âmes. Les photographies des Missionnaires d’Afrique – Kabylie, Aurès, Sahara (2017, Non Lieu).

Lien vers l'évènement Facebook / L'entretien est disponible sur la chaîne YouTube de l’IREMAM et en podcast sur Anchor.

Cinéma moderniste arabe - Livres & MAM avec Peter Limbrick

Mardi 26 avril 2022, de 14h à 15h, Livres & MAM accueillait Peter Limbrick pour évoquer Arab Modernism as World Cinema. The Films of Moumen Smihi (University of California Press, 2020). L'entretien avait lieu en français et était animé par Mériam Cheikh (INALCO-CESSMA). Il se tenait à la médiathèque de la MMSH (Aix-en-Provence), salle Seurat et en visioconférence. Cette séance était exceptionnellement organisée en collaboration avec le Centre d'études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA).

Étudiant l'œuvre du réalisateur marocain Moumen Smihi, le livre démontre l'importance des productions filmiques marocaine et arabe pour l'histoire mondiale du cinéma. Peter Limbrick suggère que les films de Smihi prolongent l'esprit de la Renaissance arabe (Nahda) de la fin du XIXe siècle. Ces films révèlent des échanges d'images et d'idées entre cultures arabes et non arabes qui permettent de repenser la relation au modernisme du cinéma arabe et, plus largement, des réalisateurs des pays du Sud. L'ouvrage est consultable et empruntable à la médiathèque de la MMSH (cote : MAR 704 LIM).

Peter Limbrick est Professor of Film and Digital Media, University of California Santa Cruz. Il est actuellement résident à l'IMéRa et titulaire la chaire Camus/Amidex.

Lien vers l'évènement Facebook 

Antisémitisme et islamophobie - Livres & MAM avec Reza Zia-Ebrahimi

Mardi 3 mai 2022, de 14h à 15h, Livres & MAM accueillait Reza Zia-Ebrahimi (King's College London) pour évoquer son livre Antisémitisme et islamophobie. Une histoire croisée (éditions Amsterdam, 2021). L'entretien avait lieu en français et était animé par Thomas Pierret (IREMAM). Il se tenait à la médiathèque de la MMSH (Aix-en-Provence), salle Seurat et en visioconférence.

En France, le seul emploi du mot « islamophobie » provoque des froncements de sourcils, suscite des cris d’indignation, du fait de la campagne soutenue menée par certains intellectuels, politiques et médias pour nier la réalité qu’il propose de décrire. Malgré cette hostilité, les travaux sociologiques et historiques portant sur l’islamophobie moderne ont connu de grandes avancées ces dix dernières années. Beaucoup d’entre eux soulignent que les musulmans sont racialisés, au prétexte non pas de différences morphologiques ou « biologiques », mais de caractères culturels et religieux.
Les juifs d’Europe ayant été le premier groupe religieux à être perçu et représenté comme une race distincte, une étude croisée avec l’antisémitisme s’impose comme l’une des approches les plus pertinentes. Ce livre propose une synthèse historique aussi rigoureuse que vivante à l’usage du grand public. Si son objectif principal est d’élucider la relation exacte entre la racialisation du juif et celle du musulman en Occident du Moyen Âge à nos jours, il voudrait également fournir un cadre théorique pour une approche globale des différentes formes de racisme. Le livre est disponible à la médiathèque de la MMSH (cote : 12-25207).

Lien vers l'évènement Facebook

Sayyid Qutb, une biographie intellectuelle - Livres & MAM avec Giedrė Šabasevičiūtė

Vendredi 6 mai 2022, de 14h à 15h, Livres & MAM accueillait Giedrė Šabasevičiūtė (Oriental Institute, Prague) pour évoquer son livre Sayyid Qutb. An Intellectual Biography (Syracuse University Press, 2021). L'entretien avait lieu en français et était animé par Thomas Pierret (IREMAM). Il se tenait à la médiathèque de la MMSH (Aix-en-Provence), salle Seurat et en visioconférence.

Ayant fait ses débuts comme poète et critique littéraire, l'égyptien Sayyid Qutb est réputé avoir abandonné la littérature dans les années 1950 pour devenir le plus célèbre des idéologues islamistes. Rompant avec ce récit, Šabasevičiūtė étudie, au contraire, l'engagement islamiste de Qutb comme une continuation de son projet littéraire. Le livre est disponible à la médiathèque de la MMSH (cote : 8-44972).

Lien vers l'évènement Facebook

Beyrouth-2009-Myriam-catusse

Photo : Beyrouth 2009 © Myriam Catusse

Responsables : Thomas Pierret et Marine Poirier. Les séances ont lieu un vendredi de chaque mois de 14h à 16h et sont ouvertes à toutes et tous. Les personnes extérieures à la MMSH doivent être munies du pass sanitaire (les étudiants AMU ne sont pas concernés)

Programme 2021-2022

17 septembre 2021, 14h-15h30, MMSH, salle 101 et en visioconférence
Deniz Günce Demirhisar (Docteure en sociologie de l'EHESS et chercheuse invitée à l'IREMAM), « Turquie : la citoyenneté à l'épreuve de la mémoire du génocide arménien ». Lien vers l’évènement Facebook / Voir ou revoir la séance sur la chaîne YouTube de l'IREMAM

24 septembre 2021, 14h-15h30, MMSH, salle 6 et en visioconférence
Stéphane Beaud (Université de Poitiers), « Qu’apporte une monographie de famille à la sociologie d’enfants d’immigrés (en France) ? » Lien vers l'évènement Facebook

08 octobre 2021, 14h-15h30, MMSH, salle A 219 et en visioconférence
Belkacem Benzenine (CRASC, Oran), « Algérie 2019-2021 : brève histoire d’un mouvement contestataire. » Lien vers l'évènement Facebook

26 novembre 2021, 14h, MMSH, salle A219 et en visioconférence
Marine Poirier (IREMAM), « De la réserve au front. Observer les mobilisations des députés yéménites en exil ». Lien vers l'évènement Facebook

10 décembre 2021, 14h, en visioconférence
Mathilde Rouxel (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3-LIRA/DBU), « Femmes documentaristes arabes (1970-2020) : pour un internationalisme des luttes ». Lien vers l'évènement Facebook

14 janvier 2022, 14h, en visioconférence. Kamel Chachoua et Fabienne Le Houérou (IREMAM), « Les photographies d’Égypte de Fanny Colonna (1997-1999) ». Lien vers l'évènement Facebook

21 janvier 2022, 14h, en visioconférence
Éric Gobe (IREMAM), « La crise de la représentation politique en Tunisie : le populisme de Kais Saïed comme cristallisation de l'échec du parlementarisme ». Lien vers l'évènement Facebook

28 janvier 2022, 14h, en visioconférence
Maya Ben Ayed, « Cinéma diasporique syrien. Le film d’animation comme film de témoignage ». Lien vers l'évènement Facebook

11 février 2022 - Présentation des projets de recherche des membres de l’équipe (séance fermée)

25 février 2022, 14h, MMSH, salle A219 et en visioconférence
Eleonora Landucci (Université de Barcelone), « Les frères devant un écran. Net-hnographie de l’Islamo-conservatisme hybride dans le Maroc contemporain ». Lien vers l'évènement Facebook

04 mars 2022, 14h, MMSH, salle 101 et en visioconférence
Vittorio Caligiuri (Université RomaTre), « De l'indépendance politique à la dépendance économique : les stratégies de développement tunisiennes entre le levier de la dette et les changements de classe ». Lien vers l'évènement Facebook

11 mars 2022, 14h, MMSH, salle 101 
Thomas Pierret (IREMAM), « État moderne et institutions religieuses au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Trajectoires historiques et typologie ». Lien vers l'évènement Facebook

08 avril 2022, 14h, en visioconférence 
Théo Borel (Sciences Po Aix), « L’engagement francophone dans les forces armées sionistes et israéliennes depuis 1945 : histoire d’une infrastructure migratoire ». Lien vers l'évènement Facebook

13 mai 2022, 14h, MMSH, salle 101
Amel Boubekeur (EHESS), « Sociologie de l’islam politique en France ». Lien vers l'évènement Facebook

10 juin 2022, 14h, MMSH, salle 101
Céline Lesourd (CNRS-Centre Norbert Elias), « Les circulations du khat : entre paria global et héroïnes locales ». Lien vers l'évènement Facebook

En savoir plus sur le pôle Sciences sociales du contemporain 

Le-Caire-Julien-Loiseau

Photo : Le Caire, Khanqah Baybarsiyya (14e siècle) © Julien Loiseau

Organisateurs : Aurélia Dusserre, Julien Loiseau, Nicolas Michel, Mohamed Ouerfelli, Hayri Gökşin Özkoray et Camille Rhoné-Quer

Sauf mention contraire, les séances ont lieu le mercredi après-midi de 14h à 16h à la MMSH en salle Georges Duby. La séance du 23 mars 2022 aura lieu en salle Germaine Tillion.

Programme

29 septembre 2021 - Démographie 1
Nicolas Michel (AMU, IREMAM). Compter la population.

10 novembre 2021 - Démographie 2
Hayri Gökşin Özkoray (AMU, TELEMMe). Pandémies, surmortalité, travail (XIVe-XIXe s.).

08 décembre 2021 - La pensée politique 1 - En visioconférence. Lien Zoom / ID de réunion : 955 9639 2248 / Code secret : 197360
Makram Abbès (CEFREPA, Koweït). Approches des traditions de la pensée politique à l’âge classique de l’Islam

(Séance annulée) 19 janvier 2022 - La pensée politique 2 
Anne-Laure Dupont (Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier). La pensée politique islamique au temps des réformes du XIXe siècle

09 février 2022 - Autour de l’écrit 1
Frédéric Imbert (AMU, IREMAM). Itinéraire aux origines de l’écriture arabe (Ve-VIIIe siècle).

02 mars 2022 - Autour de l’écrit 2
Konrad Hirschler, Professor for Middle Eastern History Universität Hamburg, Centre for the Study of Manuscript Cultures / Islamwissenschaft Writing and Literacy in the Medieval Islamic World.

23 mars 2022 - Marqueurs matériels de la culture islamique 1
Mohamed Ouerfelli (AMU, IREMAM). Les marqueurs alimentaires de la culture islamique.

13 avril 2022 - Marqueurs matériels de la culture islamique 2
Simon Dorso (projet ERC HornEast, IREMAM). Marqueurs matériels de la culture islamique. Les marqueurs archéologiques.

Maghreb Amazigh aborde un espace maghrébin en mutation et en mouvement au prisme du paradigme berbère et par une réflexion critique de l’état des savoirs dans le champ des études berbères. Ce champ complexe connaît un profond renouvellement ; au-delà de la linguistique et de l’ethnologie, il s’ouvre lentement à d’autres disciplines (histoire, anthropologie, économie, sciences politiques…) et thématiques (mobilisations collectives ; citoyennetés locales ; gestion des ressources et environnement ; questions identitaires ; patrimoines matériels et immatériels…). Le projet propose de croiser les analyses issues de recherches empiriques et théoriques récentes, de les réinsérer dans la longue durée et de les aborder à de multiples échelles. Ce décloisonnement sera propice à la mise en évidence des dynamiques profondes qui traversent l’espace maghrébin et à l’éclairage des transformations structurelles qui animent les sociétés du sud de la Méditerranée. Outre le séminaire, deux ateliers de formation à la fois théoriques et pratiques seront proposés en 2022 : « Initiation aux tifinaghs et à l’esthétique berbère » ; « Initiation aux enjeux et aux sonorités de la langue berbère. »

Coordinatrices du projet Maghreb Amazigh, un projet de l’Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée (SoMuM) : Karima Dirèche, TELEMMe, Malika Assam, IREMAM, Aude Signoles, MESOPOLHIS.

Programme

Séance 1

Mercredi 13 octobre 2021, 10h-12h, MMSH, salle Duby, Aix-en-Provence.

« Introduction au séminaire Maghreb Amazigh. Des études berbères aux études amazighes ? Histoire, cartographie et défis des études berbères. » Intervenants : Malika Assam, MCF AMU, IREMAM, Salem Chaker, PU émérite, AMU, IREMAM, Karima Dirèche, DR CNRS, TELEMMe. 

Séance 2

Mercredi 10 novembre 2021, 10h-12h, MMSH, salle Duby, Aix-en-Provence et en visioconférence. 

« Une langue berbère : réalité linguistique, fiction sociolinguistique ? » Intervenants : Salem Chaker, professeur émérite AMU, IREMAM et Amina Mettouchi, directrice d'études, EPHE, CNRS, LLACAN.

Séance 3

Vendredi 10 décembre 2021, 10h-12h, MMSH, salle Duby, Aix-en-Provence et en visioconférence. 

« Les Empires berbères : constructions et déconstruction d’un objet historiographique. » Intervenant : Mehdi Ghouirgate, MCF HDR Université Bordeaux Montaigne. Discutant : Julien Loiseau, PU AMU/IREMAM.

Depuis les années 2010, les études relatives aux Berbères opèrent un tournant, en miltipliant les travaux qui montrent que les Berbères apparaissent comme des acteurs politiques majeurs de l’histoire de l’Afrique du Nord. Il n’en va pas de même de leurs langues. Tacitement, les historiens ont longtemps admis que les langues berbères avaient été confinées par l’arabisation au rôle de dialectes, réservés à l’oralité et dépourvus de prestige, face à un arabe conquérant qui occupait le champ de l’écrit et des fonctions de communication prestigieuses. Les témoignages allant à l’encontre de cette vision étaient traités comme des contre-exemples isolés, voire mythiques, peu à même de la contredire. En opposition à cette doxa, les études synchroniques sur les langues berbères ont connu récemment une certaine forme de renouveau. Néanmoins, des études publiées en anglais cherchent à remettre en question l’existence même des peuples berbères et de leurs langues. Cette démarche procède d’une volonté de déconstruire un objet historiographique. Le propos est ainsi de prendre le contrepied des avancées réalisées principalement par Gabriel Camps, Salem Chaker et Abdellah Bounfour autour de l’équipe de l’Encyclopédie berbère et de sa « ligne éditoriale ».

Mehdi Ghouirgate, historien arabisant et berbérisant, est chercheur à TELEM (Textes, Littératures : Ecritures et Modèles) est spécialiste du Maghreb et des Berbères à l’époque médiévale. Il est l’auteur ou co-auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire du Maghreb médiéval et l’histoire des pays d’Islam. Sa thèse, L’ordre almohade 1120-1269 : une nouvelle lecture anthropologique, publiée en 2014, a renouvelé l’approche de cette dynastie berbère. Elle a unifié politiquement et culturellement le Maghreb autour d’un projet inédit qui a croisé sémantique des sociétés maghrébines et berbères avec les références de l’imaginaire politique islamique.

Julien Loiseau, historien et arabisant, est enseignant chercheur à l’IREMAM. Ses travaux portent sur l’histoire du Caire et des villes du Proche-Orient médiéval, sur l’histoire sociale des élites du Proche-Orient médiéval et sur l’histoire de l’islamisation en Égypte et dans la Corne de l’Afrique. Il a publié entre autres Les Mamelouks (XIIIe-XVIe siècle). Une expérience politique dans l’Islam médiéval (Seuil, 2014). Il dirige actuellement le programme de recherche européen « HornEast. Horn & Crescent. Connections, Mobility and Exchange between the Horn of Africa and the Middle East in the Middle Ages »

Séance 4 

Protohistoire et berbérisation de l’Afrique septentrionale et des îles Canaries : langues, identités, matérialités 

Mercredi 23 février 2022, 10h-12h, MMSH (salle à préciser) et en visioconférence. Lien Zoom / ID de réunion : 836 9638 6229 / Code secret : 444029

Intervenant : Jorge Onrubia Pintado, Professeur titulaire de l’Universidad de Castilla-La Mancha (UCLM), directeur du Laboratorio de Arqueología, Patrimonio y Tecnologías Emergentes (IDR). Discutant : Jean-Pierre Bracco, PU LAMPEA-AMU.

Du point de vue étymologique le terme « Protohistoire » pourrait être assimilé à celui d’Histoire « première » ou « primitive ». Mais son usage au sein des disciplines historiques est problématique en termes aussi bien chronologiques que socioculturels. À l’heure actuelle, le terme Protohistoire désigne une catégorie historique polysémique et labile qui s’applique à des périodes et à des sociétés aux limites temporelles et aux spécificités culturelles floues et fluctuantes. On peut cependant en distinguer deux usages principaux qui relèvent, chacun d’eux, d’un cadre conceptuel et d’une pratique disciplinaire différents. Il existe, d’une part, une utilisation à valeur évolutive et chronométrique qui tire ses origines d’une conception universaliste, largement inspirée du diffusionnisme et des repères chronologiques longtemps fournies par l’histoire et l’archéologie du Proche-Orient. Cette vision considère que la Protohistoire constitue une étape dans l’histoire de l’humanité caractérisée par la mise en place des processus de différentiation sociale, pouvant donc débuter au Néolithique mais s’étalant essentiellement de la découverte de la métallurgie à l’invention de l’écriture. Le deuxième usage repose sur une conception plutôt relativiste et « méthodologiste ». Il considère que le champ de la Protohistoire est surtout lié à la nature de la documentation disponible, avec notamment l’existence de témoignages textuels indirects susceptibles de compléter les observations archéologiques. Ceux-ci peuvent soit émaner d’autres peuples contemporains, soit correspondre à des récits, basés sur des écrits ou des traditions orales, nettement postérieurs à la période dont ils portent témoignage.

Pour ce qui est du Maghreb et du Sahara et sous l’égide notamment de Gabriel Camps, maître incontestable des études protohistoriques sur la région, la Protohistoire a fini par devenir, en empruntant ses mots au pied de la lettre, « la science des origines berbères ». Il est par conséquent facile à percevoir à quel point le processus de construction disciplinaire de la Protohistoire nord-africaine a contribué et contribue encore, en retour, à une vraie ethnogenèse : la « berbérisation » des populations qu’elle se donne pour but de (re)présenter et d’historiciser. Mais contrairement à la vision anhistorique, d’une histoire sans histoire que le projet historiographique de Camps pourrait laisser à tort supposer, la Protohistoire nord-africaine se présente, en revanche, comme un scénario historique dynamique et multiforme à forte variabilité socioculturelle et spatio-temporelle.

Au-delà des incontestables dynamiques endogènes, cette variabilité est en relation avec la spécificité, en termes d’autochtonie et d’acculturation, des différents processus de contact interethnique et culturel qui caractérisent, dans la longue durée, cette période. D’abord, l’influence de l’Égypte pharaonique sur la Libye actuelle et le Sahara oriental et celle des péninsules Italique et Ibérique, et des îles situées au large de leurs côtes, sur les territoires nord-africains qui leur font face pendant le Chalcolithique et l’Âge du Bronze européens. Ensuite, la colonisation phénicienne et grecque, puis romaine, de l’ensemble du littoral du Tell méditerranéen et d’une partie de la côte atlantique du Maroc actuel. Il est à noter que, de toute vraisemblance, l’une des conséquences de cette pénétration coloniale antique serait le peuplement des îles Canaries.

Dans l’état actuel des recherches, il n’est toujours pas aisé d’établir le rôle joué par ces scénarios historiques de « contagion » et de changement culturel, qui sont toujours à double sens, dans l’introduction et la diffusion de tout un ensemble d’éléments matériels ayant traditionnellement servi à caractériser la Protohistoire nord-africaine : métallurgie du cuivre, du bronze et du fer, cheval attelé et monté, écritures libyco-berbères, dromadaire… Ni non plus de déterminer leur contribution relative aux processus locaux de différentiation et de stratification sociale qui, en ce moment même, aboutissent à l’émergence de chefferies voire de vrais États autochtones.

Sur la base des données fournies par l’archéologie, mais sans oublier les apports des sources textuelles, de la linguistique historique ou de l’anthropologie biologique, cette présentation se propose de brosser un état de l’art sur la Protohistoire de l’Afrique septentrionale et des îles Canaries. L’accent sera mis sur la question de la reconstruction linguistique et de son rapport avec les identités ethniques.

Séance 5

Nouveaux médias, transnationalisme et création : la recherche sur les sites web amazighs 

Jeudi 24 mars 2022, 10h-12h, MMSH, salle A219, Aix-en-Provence et en visioconférence : lien Zoom / ID de réunion : 836 6656 9893 / Code secret : 681928

Intervenante : Daniela Merolla, professeur des universités, Littérature et art berbères, Institut des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), Paris. Discutante : Sophie Gebeil, maîtresse de conférences, Histoire contemporaine, Institut national supérieur du Professorat et de l’Éducation (INSPÉ).

L’expansion vertigineuse d’Internet ces dernières années a renouvelé et développé les discours portant sur les identités. De nouvelles possibilités de communications, de prises de contacts et d’échanges s’offrent aux individus et aux minorités actifs au-delà des frontières nationales. Les populations amazighes tant sur leurs territoires d’origine que dans la diaspora sont influencées par les effets de cette expansion et par les rapports entre localisation et globalisation qui ont accompagné l’accueil d’Internet.

D’une part, on assiste à l’intensification des contacts que ce soit entre les communautés amazighes du Nord de l’Afrique et entre la diaspora et les « pays d’origine », ou encore entre les immigrés eux-mêmes, renforçant ainsi des formes de transnationalisme provoquées par la déterritorialisation des nouveaux médias.

D’autre part, sur les sites internet les spécificités nationales et locales sont mises en avant par la création et la diffusion de discours d’identification qui, dans le cas amazigh, mettent en exergue la variation linguistique locale et les informations d’une région ou d’un groupe diasporique déterminés. Ces deux processus ne sont pas isolés sur le Net puisque les internautes participent aux discours et actions de leurs communautés locales et transnationales hors-ligne.

Un point qui est remis en question dans les études est le lien entre la production artistique et le discours politique amazighs sur le terrain et sur Internet. Certains auteurs ont noté un passage de l’action culturelle amazighe, typique des années 1960-1990, à celle orientée plus politiquement et parlent d’une transition historique et d’un passage générationnel. Que nous apprend l’analyse des sites web berbères ? Dans cette communication, nous allons examiner comment certains sites web contribuent aux discours identitaires amazighs / berbères, tant au niveau local que transrégional, à travers la mise en valeur artistique et culturelle. Nous nous attacherons à identifier les réactions de ces sites sur les protestations des années 2010-2011 (appelés « printemps arabe » par la presse internationale) en Tunisie, en Libye et au Mali, en les intégrant à un cadre de dynamiques identitaires et artistiques. 

Séance 6

Militantes du mouvement Akal : une revendication amazighe pour le droit à la terre 

Lundi 23 mai 2022, 14h-16h, MMSH, salle A219, Aix-en-Provence et en visioconférence : lien Zoom / ID de réunion : 813 3229 9169 / Code secret : 199466

Intervenante : Fadma Aït Mous, professeure-chercheure Université Hassan II de Casablanca.

La « Coordination Akal (terre) pour la défense du droit de la population à la terre et à la richesse », est un nouveau mouvement social amazigh qui a pour principale revendication le droit à la terre. Il a émergé en 2018, dans un contexte lié aux effets du changement climatique et à la désertification dans le Sud du Maroc poussant les tribus nomades à la mobilité vers les terres des populations amazighes sédentaires pour en utiliser les surfaces et les réserves d’eau pour les troupeaux. Cette situation a engendré des conflits entre les deux populations. Les populations sédentaires lésées ont levé des doléances auprès du gouvernement et par la suite une organisation sous forme de coordination réunissant des habitants de plusieurs contrées de la vallée du Souss et de l’Anti-Atlas. Le mouvement « Akal » est soutenu par le Mouvement Culturel Amazigh et réunit aussi des associations locales, régionales et internationales. Le mouvement a réussi à interpeller les autorités publiques en organisant plusieurs manifestations en 2019 dans les grandes villes (Casablanca, Rabat, Agadir) auxquelles ont participé des hommes et des femmes. Cette communication va se focaliser la participation des femmes dans ce mouvement en présentant leurs profils, leurs expériences et leurs perceptions relatives à cette revendication précise qui est la terre. Le militantisme des femmes amazighes sera ainsi interrogé à l’aune du mouvement Akal et inscrit dans une temporalité plus large en lien avec l’histoire de la revendication amazighe au Maroc.

Fadma Aït Mous est professeure-chercheure au Département de Sociologie à la faculté des Lettres et des Sciences Humaines Ain Chok (université Hassan II, Casablanca). Elle est titulaire d’un doctorat en sciences politiques, de l’université de Casablanca, ayant porté sur « Les années creuses du nationalisme marocain, des réseaux locaux au réseau national » (sous la direction de M. Tozy). Ses travaux s’intéressent principalement aux questions liées aux identités collectives et aux mouvements sociaux, les rapports de genre et les conditions des femmes ; les transformations socio-politiques, les jeunes et la migration.

Ecole-TAEZ_Source--Ahmad-Al-Bashad-(AFP)

Photo : école Taez © Ahmad Al-Bashad (AFP)

Séminaire de recherche de l’axe « Politiques éducatives, pratiques pédagogiques et interactions sociales dans les sociétés musulmanes d’Europe et du monde arabe »

Responsables : Juliette Honvault et Christine Mussard / Contact : jhonvault@yahoo.fr ; christine.mussard@univ-amu.fr

Programme 2022

Séances le vendredi, de 10h à 12h, à la MMSH d'Aix-en-Provence et en visioconférence (pour assister au séminaire, merci de contacter les organisatrices : jhonvault@yahoo.fr ; christine.mussard@univ-amu.fr).

28 janvier (salle PAF) : Juliette Honvault, (IREMAM/CNRS) et Christine Mussard (AMU/IREMAM), séance introductive.

25 février (salle PAF) : Akhésa Moummi (LIER-FYT/CESOR/IFPO), « Quand crise et laïcité s’enchevêtrent. Enquêter sur les écoles de la MLF au Liban dans les années 2020 ». Discutant : Simone Spera (Université Paris Nanterre/LESC UMR 7186).

25 mars (salle Duby) : Julien Garric (INSPE-AMU/IREMAM), « L’exclusion ponctuelle de cours, ethnographie d’une pratique punitive banalisée révélatrice de l’ethnicisation des rapports éducatifs dans les territoires de la très grande pauvreté ». Discutante : Lamia Mellal (ULB/KUL). 

29 avril (salle Duby) : Lamia Mellal (ULB/KUL), « Politiques de lutte contre la radicalisation et surveillance en milieu scolaire : étude de cas à Marseille ». Discutante : Françoise Lorcerie (IREMAM/CNRS).

03 juin (salle PAF) : Christine Mussard (AMU/IREMAM), « Scolariser les élèves en Algérie entre 1945 et 1962 : la demande scolaire des familles algériennes dans l’arrondissement de Blida ». Discutantes : Mounira Chariet (MESOPOLHIS) et Juliette Honvault (CNRS/IREMAM).

24 juin (salle PAF) : Sami Ouchane (Sciences Po Aix/MESOPOLHIS), « Entre la classe, le barrage et l’abri : trajectoires d’élèves de Beyrouth-Ouest en contexte de guerre civile (1975-1990) ». Discutante : Akhésa Moummi (IFPO). 

01 juillet. Journée d’études "Éduquer, enrôler, assigner à l’école, XIXe-XXIème siècles",  10h-17h30, MMSH, salle Germaine Tillion, Aix-en-Provence et en visioconférence. Lien Zoom : https://univ-amu-fr.zoom.us/j/88927012649?pwd=DZKL4rZbWW-H5i10S6r-Sdvmc8G74x.1

En clôture du séminaire 2022, cette journée d’études se propose d’aborder la façon dont l’École, au cœur même de sa mission éducative, produit ou entretient des inégalités parmi ses publics. Les participants montreront, en contextes colonial et actuel, comment les cadres normatifs et les contenus pédagogiques peuvent prendre part, de façon implicite ou assumée, à la fabrique sociale de l’assignation identitaire. Consulter le programme de la journée d'études

hisham-zayadnh-cKdPnDMmpH8-unsplash

Photo : Amman, Jordan © Hisham Zayadnh, Unsplash

Webinar supported by Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée (SoMuM), within the framework of the Najor@Mo project, "Repenser le national au Moyen-Orient : la Jordanie comme cas d’étude". Organizers: Taher Labadi, Ifpo, Simon Mangon, Mesopolhis, Norig Neveu, Iremam.

Presentation/Présentation

Over the past ten years, Jordan has sparked a growing interest in research on the Middle East. Many young researchers choose to work on this national context with very different disciplinary perspectives, sometimes comparative. This seminar aims to federate part of this research around a common reflection on the “Jordanian Nationhood”. We consider Jordan as a case study that reveals both the ongoing changes in this region of the world, and the approaches mobilized by academics to understand them. By interrogating the notion of a “nationhood”, we aim at identifying the specificities of the Jordanian case, and putting it into perspective with recurrent social, economic and political mechanisms at the regional or even international level.

La Jordanie tient depuis une dizaine d’années une place croissante au sein de la recherche sur le Moyen-Orient. Dans un contexte de crises polymorphes, de nombreux jeunes chercheurs choisissent de travailler sur cet espace national avec des perspectives disciplinaires, parfois comparatistes, très différentes. Ce séminaire se donne pour objectif de fédérer une partie de cette recherche autour d’une réflexion commune sur le « fait national jordanien ». Pays « carrefour » au projet national longtemps disputé ou contesté, y compris au sein des études académiques, la Jordanie constitue un observatoire privilégié des mutations en cours dans cette région du monde et des approches mobilisées pour les appréhender. Interroger la question nationale permettra par la même façon de poser en creux la question de la spécificité du terrain jordanien et de la mettre en perspective avec des mécanismes sociaux, économiques et politiques récurrents à l’échelle régionale voire internationale.

Program

First Session

Tuesday 8th of February, 3.00-5.00 p.m (CET), online. Zoom Link / ID: 860 4217 7612 / Secret code: 761689

“The Nationhood in Jordan: historical approach, critical perspective” with Myriam Catusse (Ifpo) & Norig Neveu (Iremam).

This first session of the NaJor@Mo seminar aims to lay the groundwork for a reflection on the proposed approaches to the national fact in Jordan. How is the Nationhood and its counterpart, the State, understood or considered in the Middle East? In what way does Jordan appear as a particularism or, on the contrary, how does this case study allows to read recurrent dynamics in the region such as the tribal question, the contemporaneity of state constructions, colonial influences, etc.?

Second Session 

Tuesday 15th of February, 3.00-5.00 p.m (CET), online. Zoom Link / ID: 880 7734 0112 / Secret code: 832426

“Rethinking the Nationhood in the Middle East. Jordan as a case study: access to resources and transformations of the rural world”

During this session, we will investigate past and present transformations of the rural world in Jordan. In particular, we will discuss the challenges related to accessing agricultural land and water, in a context marked by desertification and a critical level of water scarcity. We will also explore rural livelihoods and labor, especially in relation to important social, political and economic challenges. This conversation will open up spaces to critically discuss the future of resources and the role of the rural world in present and future Jordan.

Speakers
Ruba Al Zubi holds a M.Sc. degree in Civil Engineering from Jordan University of Science and Technology and has over 20 years’ experience in the fields of sustainable development and green economy. Currently, she is the country director for the Sahara Forest Project Foundation in Jordan.
Allison Hartnett is an assistant professor of Political Science and International Relations at the University of Southern California. Her research interests encompass comparative political economy, colonial legacies, rural politics, and state formation in the Middle East and North Africa.

Moderators: Myriam Fayad (ULB), Livia Perosino (IFPO, LAM), Taysir Mathlouthi (Sciences Po Paris).

Third Session

Tuesday 15th of March, 3.00-5.00 p.m (CET), online. Zoom Link / ID: 892 4629 1532 / Secret code: 784495

“Minoritization and Identities in Jordan”

For the third session, we will explore the question of nationhood in Jordan from a transnational and transhistorical perspective. In particular, we will shed light on the Ottoman legacy in relation to the process of minoritization and ask about its contemporary implications. What forms of belonging exist(-ed) in Jordan, and how do they relate to the Jordanian state? In what way did they continue and transform? How do multiple identities overlap? What are the minority-majority and inter-minority relations? And finally, what contemporary perceptions of Turkey circulate in Jordan?

Speakers
Paolo Maria Leo Cesare Maggiolini: Research Fellow and Adjunct Professor at the Catholic University of Milan (Italy), Associate Fellow at the Italian Institute for International Political Studies and he teaches in the Master in Middle Eastern Studies (MIMES) at the Alta Scuola di Economia e Relazioni Internazionali (ASERI).
Nur Köprülü: Associate Professor and Lecturer in the Department of International Relations at the Near East University. Specialized on the democratization movements and politics of identity in the Arab world in general, and the Hashemite Kingdom of Jordan in particular.

Moderators
Cihat Toker: Master student and Eiffel Scholar in Religion and Society at Sciences Po Aix (France). His research aims to explore Turkey’s cultural diplomacy policies through Turkish soap operas in Jordan. Diana Ishaqat: Development practitioner and former Chevening Scholar with a Master’s in Media, Campaigning and Social Change from the University of Westminster. She is currently managing programs related to civic space and poverty challenges in Jordan and Lebanon. Her current research project is about the structure and governance of the Circassian community organizations in Jordan. Jasmine Benhaida: PhD Candidate at the University of Basel (Switzerland) and part of the Swiss National Fund project Ottoman Afterlife in Jordan and Iraq. Politics of Remembering and Forgetting in New Arab States (1920-1958). Her dissertation project examines the Ottoman Afterlife in Jordan by unearthing Women at the Sharia Courts of Amman and Al-Salt (1921-1967).

Fourth Session

Tuesday 19th of April, 3.00-5.00 p.m (CET), online. Zoom Link / ID: 861 3145 1538 / Secret code: 238976

“How and why to engage in politics in Jordan? A look into youth and women’s forms of political participation”

In Jordan, as elsewhere, youth and women are generally described as the spearheads of democratic reform and are often at the heart of reformist discourse produced both by the regime itself and by international donors. But what space for political engagement do they have today? How have the forms of their political participation evolved in Jordan, according to the periods of political opening or closing?

Speakers
Daniele Cantini, senior research fellow at Halle University (Germany) and author of Youth and Education in the Middle East. Shaping Identity and Politics in Jordan (2016), who will talk about the forms of student political activism at the University of Jordan.
Rana Husseini, human rights activist, senior journalist writing for The Jordan Times and author of the book Years of struggle - the women's movement in Jordan (2021). We will be able to benefit from her valuable insight into the transformation of the conditions of political engagement of these women over the past decades. 

Moderators
Eklas al Moadat, master student at Yarmouk University and working in enhancing Jordanian youth political participation. Louise Rautureau, master student at Sciences Po Grenoble in the "Integration and Transformation in the Middle East and Mediterranean" Master Program. Camille Abescat, PhD student at the Centre for International Research (Sciences Po Paris) and affiliated with the French Institute for the Near East.

Fifth Session

Tuesday 17th of May, 3.00-5.00 p.m (CET), online. Zoom Link / ID de réunion : 879 3292 6070 / Code secret : 198370 

“Reading, Writing, and Drawing the Nation: Cultural Production and Society in Jordan”  

This session aims to open a dialogue with two prominent cultural producers about their experiences navigating the media, arts, and literary landscapes of Jordan. While political and social theorists from Benedict Anderson to Partha Chatterjee have underscored cultural production’s centrality in crafting the nation-state, this session aims to examine and interrogate what this process looks like among writers, readers, and artists today in Jordan. Thus, this session asks: What role do books, newspapers, and the arts play in reinforcing—or, alternatively, foreclosing—collective social formations and modes of belonging? How are socioeconomic, professional, and cultural shifts shaping the trajectories and societal influence of cultural producers? In sum, what sort of work is cultural production, circulation, and consumption carrying out during the current moment in Jordan? 

Speakers 
Emad Hajjaj is a cartoonist who has worked with the daily periodical Al-Raʿi alongside other publications in Jordan and the Arab world more broadly. Widely known for his character Abu Mahjoob, Hajjaj has received numerous awards for his ability to portray—both creatively and incisively—everyday socioeconomic, cultural, and political dynamics.  

Omar Zakaria is an Amman-based novelist, creative non-fiction writer, and voice-over actor. He regularly writes for the Arabic-language periodicals Romman Magazine, Al Mutalammes Magazine, Boring Books Magazine, and Fusha Magazine. In 2021, he published the novel Al-Qurtubi: Awakened in Alexandria.  

Moderators 
Ismael Gil, University of Marburg ; Tariq Adely, George Washington University ; Pierre Delanghe, IEP Aix-en-Provence ; Inès Delpuech, INALCO/ENS Ulm, Paris. 

Sixth Session 

Tuesday 28th of June, 3.00-5.00 (CET), online. Zoom Link / Meeting ID: 970 0518 3952 / Secret Code: 157982

“Placing Literature in Jordan: A Dialogue on Narrative, Representation, and Space” 
 

This session aims to open a discussion regarding the interplay between literature, language, and place. At the crux of this session is a contention: that language and literature are not mere reflections of reality. Rather literature—as a medium—enacts social, material, and cultural effects, both shaping and being shaped by the locales and contexts in which it emerges and circulates. Literature, moreover, is not a static object but rather morphs as it moves between languages and landscapes. Thus, this session asks: What might we learn by tracing literature’s displacements and translations between varied geographies? How might this avenue of inquiry both illuminate and destabilize our taken-for-granted questions regarding cultural production and circulation in Jordan?

Speaker
Fernanda Fischione is a Marie Skłodowska-Curie research fellow carrying out TRANSECT, a project on the transnational circulation of Maghrebi national imaginaries through literature. She holds a Ph.D. from Sapienza University in Rome. Her area of expertise is modern and contemporary Arabic literature, with a special focus on space in literary criticism, namely Ghalib Halasa’s (1932-1989) treatment of narrative space. Alongside her academic activities, she is a literary translator from Arabic into Italian as well as the founder and editor of the magazine Arabpop: Rivista di arti e letterature contemporanee.

Moderators 
Tariq Adely, George Washington University ; Pierre Delanghe, IEP Aix-en-Provence ; Inès Delpuech, INALCO/ENS Ulm, Paris ; Ismael Gil, University of Marburg.

Logo-séminaire

Coordination scientifique : Amel Boubekeur (EHESS) et Vincent Geisser (CNRS, IREMAM-AMU), avec le soutien de l'IISMM dans le cadre des Cartes blanches de l’IISMM.

Objectifs du séminaire : organisé par le pôle Sciences sociales du contemporain de l’IREMAM, ce séminaire ouvert aux étudiant·e·s de master, doctorant·e·s, post-doctorant·e·s et enseignant·e·s-chercheur·e·s confirmé.e.s proposera de prendre la mesure de la production scientifique sur les islams et les musulmans de France depuis plus de trente ans et explorera la possibilité d’un renouvellement des terrains, approches et paradigmes mobilisés sur des thématiques spécifiques. 

S’interroger sur la manière dont s’est constitué le champ d’études sur l’islam de France doit également nous permettre de réfléchir à ses perspectives. Ainsi, une attention particulière sera portée aux variations du terrain à l’œuvre ainsi qu’aux paradigmes dans lesquels celles-ci peuvent s’ancrer : changements générationnels et nouveaux acteurs, expressions des expériences singulières et collectives, complexité des croisements entre des représentations et des modalités d’expression divergentes du religieux, du culturel et du politique dites conventionnelles – institutions, partis, élections, idéologies – et non conventionnelles – protestations, cultures, mouvements sociaux, évènements et émotions.

D’une durée de deux heures, chaque séance permettra consécutivement à deux membres du groupe de recherche d’exposer de manière synthétique l'état des connaissances et des travaux sur un thème donné ayant un rapport direct avec les islams et les musulmans de France.

Séance n°1

Jeudi 24 février 2022, 11h-13h, MMSH, salle André Raymond, Aix-en-Provence et en visioconférence : lien Zoom / ID de réunion : 835 4624 5285 / Code secret : 099107

« L’humanitaire islamique en France : histoire, enjeux et perspectives » par Lucas Faure (doctorant en science politique, MESOPOLHIS-Sciences Po Aix).

 « Vécu et usages de la minorisation par les médiateurs musulmans en ligne dans l'espace numérique français » par Sarah Aiter (doctorante en science politique, CESSMA, Université de Paris).

La séance sera animée par Amel Boubekeur et Vincent Geisser.

Séance n°2

Vendredi 25 mars 2022, 11h-13h, MMSH, salle André Raymond, Aix-en-Provence et en visioconférence : lien Zoom / ID de réunion : 864 5509 8769 / Code secret : 942008. Voir ou revoir la séance sur la chaîne YouTube de l'IREMAM.

« Islams, musulmans et question carcérale en France » par Claire de Galembert (chercheuse au CNRS, Institut des sciences sociales du politique).

« Les musulmans dans l’armée française » par Elyamine Settoul (maître de conférences au Conservatoire national des arts et métiers, Paris).

La séance sera animée par Amel Boubekeur et Vincent Geisser. 

Séance n°3

Mardi 19 avril 2022, 11h-13h, salle principale de l’IISMM, EHESS, Paris et en visioconférence. Lien Zoom / ID de réunion : 848 5624 1425 / Code secret : 281920
 
« Les musulmans d'origine subsaharienne et comorienne dans le paysage islamique français », par Juliette Galonnier (Assistant Professor, CERI/Sciences Po) et Mahamet Timéra (professeur de sociologie à l'Université Paris Diderot, Paris 7).
 
« Les usages du salafisme dans les discours politiques français : sociologie politique de la recherche du 'mauvais islam' », Mohamed-Ali Adraoui (chercheur postdoctoral au CERI et enseignant en relations internationales au sein du collège universitaire de Sciences Po).

La séance sera animée par Amel Boubekeur et Vincent Geisser.

Séance n°4

Vendredi 20 mai 2022, 11h-13h, MMSH, salle André Raymond, Aix-en-Provence et en visioconférence. Lien Zoom / ID de réunion : 879 9925 0282 / Code secret : 061492

Agnès De Féo, sociologue et documentariste, docteure de l’EHESS, chercheuse associée à l’IREMAM, « Le voile intégral en perspective. »

Haoues Seniguer, maître de conférences en science politique à Sciences Po Lyon, « Le théologique et le politique : le cas des néo-Frères musulmans en France. »

La séance sera animée par Amel Boubekeur et Vincent Geisser.

Séance n°5

Jeudi 9 juin 2022, 11h-13h, MMSH, salle André Raymond, Aix-en-Provence et en visioconférence. Lien Zoom / ID de réunion : 870 6185 6085 / Code secret : 076736

Marie-Laure Boursin, anthropologue, chercheure associée au MESOPOLHIS (AMU-CNRS, Sciences Po Aix), « Réflexions sur les transformations des modes de faire dans les pratiques islamiques en contexte français ».

Fatima Khemilat, politiste au MESOPOLHIS (AMU-CNRS, Sciences Po Aix), « La résistible représentation des musulmans en France, de 1980 à nos jours ».

La séance sera animée par Amel Boubekeur et Vincent Geisser.