Axes transversaux

Les 5 axes transversaux regroupent des thématiques convergentes entre membres des équipes et permettent la mutualisation des réflexions et des compétences. L'objectif de ces axes est de nourrir les échanges entre les équipes disciplinaires.

 

Groupe d'études iraniennes de l'IREMAM

Photo © Reza Ahmad on Unsplash

Coordination : Homa Lessan Pezechki, Camille Rhoné-Quer

Le Groupe d’études iraniennes de l’IREMAM rassemble des enseignants-chercheurs, chercheurs et étudiants (masterants et doctorants) travaillant sur le monde iranien au sens large. Ce Groupe a vocation à fédérer les activités de recherche et d’étude sur le monde iranien, principalement dans le domaine des arts, lettres, sciences humaines et sociales, mais aussi de favoriser la rencontre avec des chercheurs d’autres disciplines. Il s’appuie entre autres sur le fonds documentaire disponible dans la Salle d’études iraniennes, à l’IREMAM (ouvrages en persan, arabe, turc et en langues européennes), ainsi qu’à la médiathèque de la MMSH et à la Bibliothèque Universitaire des Fenouillères.

Doctorants : Mattéo Coq, Feruza Makhmasobirova, Yoan Parrot

Étudiants de master
2021-2022
Mickaël Adija (master 1 Histoire, Civilisation, Patrimoine)
Quentin Bettinger (master 2 Histoire, Civilisation, Patrimoine)
Samarcande Nasser (master 1 Histoire, Civilisation, Patrimoine)
Charlotte Noël (master 1 Mondes Arabe, Musulman, Hamito-Sémitique)

2020-2021
Camille Aubert (master 2 Mondes Arabe, Musulman, Hamito-Sémitique)
Quentin Bettinger (master 1 Histoire, Civilisation, Patrimoine)
Clément Roy (master 1 Histoire, Civilisation, Patrimoine)

2019-2020
Camille Aubert (master 1 Mondes Arabe, Musulman, Hamito-Sémitique)
Feruza Makhmasobirova (master 2 Mondes Arabe, Musulman, Hamito-Sémitique)

Conférences du Groupe d’études iraniennes

Coordination : Homa Lessan Pezechki et Camille Rhoné-Quer

2021

27.04.2021. Conférence « L’économie politique de la République Islamique d’Iran », 10h-12h, en visio Zoom. Avec Thierry Coville, chercheur à l’IRIS et spécialiste de l’Iran.

24.03.2021. Conférence « La conquête de l’empire perse par les Arabes : 150 ans de résistance »,10h-12h, en visio Zoom. Avec Jean-Claude Voisin, historien et archéologue, ancien directeur de l’Institut Français de Téhéran. Co-fondateur du magazine Paris Téhéran, Jean-Claude Voisin est par ailleurs membre du Conseil d’Administration du Centre Franco-Iranien-Paris.

02.02.2021. Conférence « La littérature persane dans le cinéma d’auteur iranien. L’univers poétique d’Abolfazl Jalili, cinéaste iranien », 10h, en visio Zoom. Avec Seyedvahid Yaghoubi, docteur en littérature française et comparée, enseignant de la langue persane et spécialiste des questions culturelles, artistiques et cinématographiques au Centre Franco-Iranien. Il est l’auteur de L’ésthétique de la courbe dans la poésie surréaliste, L’Harmattan, 2020.

2020

06.10.2020. Conférence « Le statut des femmes au Gilân, un sujet controversé », 14h-16h, MMSH, salle Germaine Tillion. Avec Christian Bromberger (PR émérite AMU/IDEMEC).

04.02.2020. Conférence, 14h-16h, MMSH, salle Germaine Tillion. Avec Samra Azarnouche (MCF EPHE/FRE2018) : « Le concept de "livre sacré" et la tradition exégétique dans le zoroastrisme de l’Antiquité tardive » et Sylvain Brocquet (PR AMU/CPAF) : « Védique et avestique. »

2019

03.12.2019. Conférence « Chronologie des monuments sassanides du Fars (Sarvestan, Firuzabad) », 10h-12h, MMSH, salle Duby. Avec Nicolas Faucherre (PR AMU/LA3M), Morteza Djamali (CR AMU/IMBE).

26.11.2019. Conférence « Approches linguistiques des mondes iraniens », 10h-12h, MMSH, salle Duby. Avec Cyril Aslanov (PR AMU/LPL, IUF), Homa Lessan Pezechki (PR AMU/IREMAM) et Nicolas Tournadre (PR AMU/Lacito, IUF) : « Caractéristiques des langues néo-persanes et évolutions spécifiques. »

05.11.2019. Conférence “Revisiting the Idea of Medieval Tolerance: Jalāl al-Dīn Rūmī, Jews and Christians”, 10h-12h, MMSH, salle Duby. Avec Rustam Shukurov, professeur d’histoire médiévale à la State University of Moscow.

15.10-2019. Conférence « Céramiques lustrées de Kâshân, XIIe - XIVe siècle : études de cas », 10h-12h, MMSH, salle 101. Avec Yves Porter (PR AMU/LA3M, IUF), Anaïs Leone (Doctorante AMU/LA3M).

Colloques et journées d’études

18.11.2021. Journées des doctorants et masterants : « recherches en cours sur les mondes iranien et mongol », MMSH, salle Duby. Responsable : Camille Rhoné-Quer. Organisateurs : Mattéo Coq (doctorant AMU/IREMAM) et Camille Aubert (masterante AMU/IREMAM).

17-18.11.2020. Colloque « L’eau dans le monde iranien : usages, partages, représentations de la Préhistoire à nos jours », MMSH, salle Duby et en distanciel.

18.02.2020. Journée sur le chiisme, 10h-16h, MMSH, salle Paul-Albert Février. Avec Mohammad Ali Amir-Moezzi (DE EPHE/LEM) : « Les shiites et le Coran. Les origines de l’islam entre apocalypse et empire », Denis Gril (PR émérite, AMU/IREMAM) : « Le personnage de ‘Alî entre soufisme et shi‘isme dans l’Iran médiéval» et Sabrina Mervin (CR EHESS/CéSor) : « Le pèlerinage de l’Arba‘în à Karbala : la walâya en marche. »

27-28.03.2018. Colloque « Iran : entre héritages pluriséculaires et réalités contemporaines », MMSH. Org. Homa Lessan Pezechki et Camille Rhoné-Quer.

Ateliers de formation

20.04.2021 & 26.03.2021, 14:00 – 18:00 (+1:00 GMT, Paris time). ONLINE Research and Training Workshop / Atelier de recherche et de formation. Coord. Maria Szuppe (CNRS/CeRMI, Paris), Camille Rhoné-Quer (AMU/IREMAM), Sacha Alsancakli (Sorbonne Nouvelle/CeRMI, Paris), avec le soutien du GIS MOMM : « Reading Sources in Area Studies. Contribution of biographical data for the social and cultural history of Turko-Iranian societies (9th-18th c.) / Lire les sources en études aréales. L’apport des données biographiques pour l’histoire sociale et culturelle du monde turko-iranien (IXe-XVIIIe s.) » Atelier relevant du programme de recherche « L’historiographie hors la cour : apport des sources non-officielles à l’histoire des sociétés turco-iraniennes de l’Anatolie à l’Asie centrale, XIe-XVIIIe s. » (voir infra).

Programmes de recherche

Programme de recherche « SOciétés agropastorales prémongoles et ressources hydriques dans le bassin de l’Amou Darya : regard croisé des archives de la LONGue durée (SO-LONG) », septembre 2021-février 2023. Projet financé par l’Institut SoMuM, Université Aix-Marseille. Coord. Camille Rhoné-Quer, en collaboration avec Élodie Brisset et Morteza Djamali, AMU/IMBEMarie Favereau (Paris Nanterre/MéMo), Feruza Makhmasobirova (AMU/IREMAM).

Programme de recherche « L’historiographie hors la cour : apport des sources non-officielles à l’histoire des sociétés turco-iraniennes de l’Anatolie à l’Asie centrale, XIe-XVIIIe s. », 2020-2021. Organisation Maria Szuppe (CNRS/CeRMI, Paris), Camille Rhoné-Quer (AMU/IREMAM), Sacha Alsancakli (Sorbonne Nouvelle/CeRMI, Paris), avec le soutien du GIS MOMM.

Participant·e·s IREMAM : G. Alleaume, V. Berhault, N. Bulbul, K. Chachoua, J. Honvault, J-F. Legrain, F. Le Houérou, C. Parizot, S. Partouche, et M. Tuchscherer

Cet axe envisage les questions méthodologiques et épistémologiques autour de l’utilisation de pratiques exploratoires et innovantes dans les recherches en sciences humaines et sociales. Cette réflexion a démarré à l’IREMAM il y a plus d’une décennie autour des pratiques documentaires et des vertus heuristiques des images. Elle s’est récemment ouverte aux enjeux posés par la mobilisation du numérique, ainsi que par l’intégration de la pratique artistique à la recherche. Le tournant numérique aussi bien dans les pratiques sociétales que dans les pratiques de recherche conduit les chercheurs à reconsidérer leurs méthodes, leurs catégories, leurs paradigmes, leurs orientations théoriques, leurs objets, leurs formes de labellisation et les cadres des champs disciplinaires. L’intégration de la pratique artistique dans la recherche introduit elle aussi des bouleversements significatifs. Les expérimentations menées depuis les quinze dernières années, notamment dans le champ de l’anthropologie, ont démontré son intérêt que ce soit pour alimenter des réflexions critiques sur les formes et les appareillages que nous mobilisons pour accéder et construire le réel.

Dans le domaine des sciences humaines et sociales, le recours aux pratiques numériques conduit à de nombreux bouleversements que ce soit dans la collecte, la production et le traitement de données, ainsi que l’élaboration de nouvelles formes de narration et d’édition. Compte tenu des collaborations toujours plus diverses et nombreuses qu’implique le recours au numérique remet en cause la frontière entre d’un côté les sciences humaines et de l’autre les sciences exactes et expérimentales, il semble plus pertinent de parler de Digital Studies (études numériques) que Digital Humanities. Les Digital Studies n’impliquent pas seulement une réflexion autour des frontières des disciplines, mais également autour des processus collaboratifs mis en oeuvre entre ces dernières.

À l’IREMAM, cet axe fédère plusieurs types de démarches exploratoires : la constitution de bases de données numériques pour exploiter des corpus d’archives historiques ; la création de systèmes de visualisation de données réseaux ; l’exploration de nouvelles formes d’édition numériques ; l’exploration de la capacité de la technologie vidéo ludique à générer des dispositifs documentaires critiques, etc.

Programmes de recherche 

-antiAtlas des frontières, Cédric Parizot. Partant d’une approche au croisement de la recherche, de l’art et de la pratique, ce programme s’interroge sur les mutations des frontières du 21ème siècle.
- Images et Imaginaires, F. Le Houérou. Poursuite du programme Filmer les Suds.
- Une pratique historienne du web. Problématique, épistémologie et usage des outils pour un objet d’histoire immédiate, J-F. Legrain
- Archives numériques d’Alexandrie ottomane, G. Alleaume. Développement d’une base de données documentaire établie à partir d’un dépouillement sériel des archives en arabe du Mahkama (tribunal) d’Alexandrie pour la période 1550-1850. Indexation des noms propres.
- Archives yéménites, J. Honvault. Catalogage et numérisation du fonds d’archives de l’homme d’Etat Ahmad Nu’mân, et du fonds d’archives sonores de la culture orale de Fatima al-Baydani
- Dictionnaire en ligne raisonné d’arabe égyptien, (C. Audebert, Partenariat IREMAM-IFPO).
- Exploitation des Fonds Roux et Marceau Gast (S. Chaker).

Bien que l’IREMAM ait été souvent classé comme un « laboratoire d’aire culturelle », une priorité a toujours été accordée à la réflexion sur les conditions de production du savoir en sciences sociales dans et sur les sociétés arabes et musulmanes. Dans cette perspective, cet axe pluridisciplinaire et transversal est commun aux trois pôles disciplinaires du laboratoire ; son objectif est de favoriser l’émergence de nouvelles pistes de recherche et des pratiques innovantes. Trois grandes thématiques sont explorées : l’histoire littéraire, la structuration des champs du savoir, la constitution des archives et la notion de patrimoine.

En s’intéressant notamment aux questions des différentes « renaissances » qui se sont échelonnées depuis le XIXe siècle dans l’ancien espace ottoman, cet axe se propose de dresser un état des lieux des relectures critiques des histoires littéraires nationales dans une perspective comparée. Elles y ont accompagné la formation des littératures nationales déjà affectées par des relations de domination impériale, par des rivalités régionales, par des idéologies universalistes ou nationales. Les transformations à l’œuvre depuis les années 1990 (recul des idéologies universalistes, recomposition des espaces nationaux, diffusion du modèle économique libéral, mouvements migratoires ou exils choisis qui reconfigurent des espaces politiques en crise) ont débouché un peu partout sur une relecture critique de l’histoire de ces « renaissances» nationales, à la fois dans le champ de la création (par les nouvelles générations d’écrivains et d’artistes) et dans le champ académique (par les critiques et historiens de la littérature et de la culture).

Cet axe s’interroge également sur le rôle des conditions politiques, économiques, sociales et culturelles, notamment des conflits, dans la structuration des champs du savoir et des champs culturels dans les sociétés étudiées. Cette question nous paraît d’autant plus pertinente au Moyen-Orient et au Maghreb où l’on constate la prégnance des conflits. Pour autant, cette réflexion ne saurait se limiter à l’actualité événementielle contemporaine. Inscrivant notre réflexion dans le temps long, l’enjeu est de comprendre comment la guerre s’impose comme une donnée structurante dans l’histoire politique, sociale, culturelle et économique des sociétés. Une attention particulière est également portée aux pratiques mémorielles (autobiographies et mémoires) et aux pratiques privées d’archivage de documents de toutes sortes. Quelles sont les stratégies de préservation d’archives privées mises en danger dans des contextes de crise ? Comment les fonds d’archives et la mise en archives de documents privés en sont-ils affectés ? La distance prise par leurs propriétaires avec les institutions étatiques des pays où ils sont nés, tout comme les demandes de soutien faites auprès d’institutions étrangères pour leur conservation sont également des éléments centraux pour la réflexion. 

Programmes de recherche et séminaire 

Renaissances littéraires méditerranéennes. Coordination : R. Jacquemond et S. Baquey
Sciences sociales et conflits. Coordination : M. Catusse, C. Raymond et F. Siino
Terre, terrains et disciplines : ruptures et permanences générationnelles dans les sciences humaines et sociales en Algérie (XIXe - XXIe siècles). Coordination : K. Chachoua
Archives non étatiques, témoignages et sciences sociales. Coordination : J. Honvault et N. Michel. Partenariat IFPO/IREMAM.
Documents en langues orientales de l’expédition d’Égypte du SHD (Vincennes). Coordination : M. Tuchscherer
- Séminaire Vous avez dit Maghreb ? Coordination : K. Boissevain, A. Dusserre, S. Mazzella

aurélia-dusserre

Photo © Aurélia Dusserre

Responsables : Juliette Honvault et Christine Mussard
Participant·e·s : Aurélia Dusserre, Irene Gonzalez, Juliette HonvaultFrançoise LorcerieChristine MussardChloé PellegriniCamille Rhoné-QuerIris Seri-HerschFrançois Siino, et Annalaura Turiano

Cet axe invite à développer de nouvelles thématiques relatives aux modalités de transmission et d’apprentissage dans l'espace arabo-musulman, mais aussi dans les lieux où les populations originaires de cet espace vivent et constituent des minorités. Les politiques éducatives, les pratiques pédagogiques, les approches didactiques, les contenus prescrits, enseignés et réellement reçus, tout comme les lieux, les conditions et les acteurs des processus de transmission/apprentissage sont appréhendés dans les spécificités de cet espace.
Deux volets, dédiés l’un à la formation et l’autre à la recherche, structurent cet axe :

- le premier vise à identifier et prendre en compte les besoins de la communauté éducative de l’académie d’Aix-Marseille, et plus précisément des enseignants du second degré. L’évolution des contenus d’enseignement et le contexte actuel génèrent des besoins de formation auxquels l’expertise du laboratoire tente de répondre. Un partenariat entre l’Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE), l’Association des Professeurs d’Histoire-Géographie (APHG), le rectorat et l’IREMAM a été mis en place en vue d’organiser des rencontres dédiées à ces temps de formation.
Calendrier 2017 :
- Atelier n°1 : « L’Histoire entre enseignement et recherche », Mercredi 4 janvier 2017, ESPE – site d’Aix.
- Atelier n°2 : « Détours pédagogiques », Mercredi 31 mai 2017, ESPE – Site d'Aix.

- le second volet s’organise autour d’un séminaire de recherche mensuel. Il regroupe les travaux relatifs à l’éducation portés par des chercheurs issus des différentes équipes de l’IREMAM (Sciences sociales du contemporain, Histoire et islamologie, Langues, littérature et linguistique). Les questions de recherche abordées se nourrissent des apports d’une l’historiographie récente, mais aussi des éventuels besoins de la communauté enseignante de l’académie.

Participant·e·s IREMAM : S. Belguidoum, V. Berhault, N. Bulbul, K. Chachoua, A. Dusserre, J. Honvault, R. Jacquemond, C. Mussard, C. Parizot, C. Rhoné-Quer, I. Seri-Hersch, F. Siino, C. Vendryes

Depuis sa création, l’IREMAM s’intéresse aux mutations des formes de circulations des personnes (migrants, touristes, commerçants, etc.), des technologies (politiques, juridiques, sécuritaires, etc.) et des marchandises en Afrique du nord, au Moyen-Orient et à travers la Méditerranée. Cet axe s’interroge sur la manière dont les transformations des mobilités contemporaines contribuent à restructurer les espaces, les mécanismes de régulation et les frontières qu’elles traversent.

Au cours de la décennie 2000, l’évolution des modes et des parcours migratoires dans cette région n’a pas uniquement suscité des réactions politiques et sécuritaires au sein des pays européens au point de remettre en cause les équilibres politiques, économiques et sociaux établis au sein de l’espace Schengen. Au sud et à l’est de la Méditerranée, de nouveaux dispositifs de blindages des frontières (Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte, Israël, Turquie, Arabie Saoudite, etc.) ont été mis en place, les cadres juridiques et législatifs se transformant simultanément dans un sens restrictif. Ainsi, les Etats du Maghreb et du Moyen Orient ont entrepris de réformer des législations restées inchangées depuis les indépendances, touchant aussi bien au franchissement des frontières qu’à l’accès à la nationalité. Dans une perspective similaire, la globalisation générale des échanges et l’éclatement des conflits qui ont suivi les printemps arabes ont contribué à réorienter les réseaux marchands. Qu’ils acheminent des produits de consommation courante en provenance de Chine vers le Moyen Orient et le Maghreb ou qu’ils prennent en charge l’exportation clandestine d’hydrocarbures vers l’Asie, l’Europe ou l’Amérique, ces échanges ont pour effet de réorganiser les routes commerciales, les espaces économiques, ainsi que les centralités urbaines de certains pays de la région.

La recherche menée à l’IREMAM sur les circulations s’est depuis peu étoffée par les travaux des historiens et des chercheurs en études culturelles. Depuis 2015, les historiens ont entrepris de discuter, à l’aune de leurs propres recherches, les propositions récentes de l’historiographie sur la mondialisation et les « histoires connectées ». Ils ont ainsi placé la question des circulations au centre de leurs interrogations sur l’Etat et les frontières à différentes époques, et sur des terrains trop peu souvent croisés ou mis dans une perspective comparative (empires français, anglais, ottomans ; Afrique, Europe, Océanie, Orient arabe..). L’intérêt de la biographie circulatoire a été renouvelé, tout en mettant en question une histoire connectée trop détachée de l’histoire sociale. Les chercheurs ont également interrogé la pertinence de l’histoire connectée – et de ce qui s’échange de manière générale - dans des espaces déjà connectés comme, par exemple, la Méditerranée à l’époque moderne. Dans un même mouvement, ils ont enfin proposé de réfléchir sur ce que l’histoire connectée, notion forgée par l’Histoire moderne, peut apporter aux situations de l’histoire contemporaine. Ces travaux dialoguent avec ceux des chercheurs en études culturelles qui étudient les effets de la circulation des textes et des œuvres, via les flux de traduction notamment, sur la formation et la transformation des cultures nationales dans l’aire méditerranéenne.

Dans une optique résolument transdisciplinaire, cet axe fait non seulement converger les approches des études culturelles, de la sociologie, de l’anthropologie, de la géographie, de l’histoire, du droit et de la science politique, mais aussi celles d’artistes et de professionnels (douaniers, militaires, industriels, membres d’ONG, etc.). L’objectif est double : il s’agit, d’une part, de s’appuyer sur la complémentarité des savoirs pour cerner un objet toujours plus complexe et dynamique, et d’autre part, de jouer sur la confrontation des pratiques et des perceptives pour dégager de nouvelles pistes de recherche.

Programmes de recherche

- antiAtlas des frontièresLabexMed, IMéRA, LAMES, LEST, Ecole supérieure d’Art d’Aix-en-Provence, Pacte (Universités de Grenoble/CNRS), coordination : Cédric Parizot
- MIGRINTERACT (La fabrique du droit des migrations au Maghreb), Action Marie Curie, Commission européenne, coordination : Delphine Perrin
- MONDISMAG – PHC Maghreb, coordination : Saïd Belguidoum, Olivier Pliez (LISST) poursuit le programme initié en 2016 sur la circulation des biens et des personnes entre Asie/Maghreb/Europe.
- Circulation des savoirs et des textes en Méditerranée coord. R. Jacquemond (IREMAM/Fondation Abdul-Aziz Al Saoud). 
- Traduction et circulation des idées en sciences sociales, coord. K. Chachoua (IREMAM/CNRPAH/CRASC).