Partenaires

 



Rechercher



Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Formation à la recherche (Masters, ED, soutenances...) > Thèses soutenues depuis 2007 > En 2020

Soutenance de thèse (ED 355)

par Marie-Pierre Oulié

ED 355 - Espaces, Cutures, Sociétés, Aix-Marseille Université
Spécialité : mondes arabes, musulman et sémitique

de Eylaf BADER EDDIN

« Traduire la langue de la révolution syrienne »

Sous la direction de Richard Jacquemond

- Vendredi 4 décembre 2020, Marburg, (Allemagne)

Jury

Richard JACQUEMOND, Professeur des Universités, Aix-Marseille Université, IREMAM, Directeur de thèse.
Friederike PANNEWICK, Professeur, Philipps-University, Marburg, CoDirecteur de thèse.
Catherine MILLER, Directrice de recherche CNRS, Aix Marseille Université, IREMAM, Examinatrice.
Elisabeth RIEKEN, Professeure, Philipps-University, Marburg, Examinatrice.
Leyla DAKHLI, Chargée de recherche CNRS, Centre Marc Bloch, Examinatrice.
Ihab SALOUL, Professeur, University of Amsterdam, Examinateur.

Résumé la thèse

English version below

Traduire la langue de la révolution syrienne. Si les révolutions arabes ont manifestement déclenché de vastes changements sociaux et politiques, les conséquences profondes des changements culturels et discursifs n’ont pas encore été suffisamment prises en compte. Pour les militants, les chercheurs et les journalistes, la révolution a été en premier lieu une révolution linguistique, une rupture avec l’oppression linguistique des anciens régimes. Cette rupture s’est accompagnée de l’émergence de nouveaux discours qui ont permis d’informer sur, narrer et traduire les événements et les transformations en cours.

Ce langage de la révolution syrienne a été mis en œuvre dans le monde par des voix concurrentes : chercheurs, militants et journalistes locaux et étrangers. Le cœur de ce projet consiste à examiner les différentes traductions de la langue de la révolution syrienne (2011-2012) de l’arabe vers l’anglais. En outre, les dimensions discursives et non discursives de la révolution sont à considérer comme un autre acte de traduction, y compris la langue des bannières, des slogans, des graffitis, des chansons et leur représentation en anglais.

Cette recherche vise, outre la contextualisation de la langue de la révolution, à analyser comment elle a été traduite en anglais à travers trois niveaux de traduction. Le premier explore le contexte des traductions de l’arabe vers l’anglais et examine trois livres en anglais écrits sur la Syrie. Le deuxième envisage la traduction comme un acte d’importation dans le discours dominant et est représenté par trois livres représentatifs de la langue révolutionnaire. Le troisième et dernier niveau porte sur la traduction de la marge au centre, représentée par des traductions activistes de l’arabe vers l’anglais. La recherche tente d’étudier comment les traductions de la langue de la révolution syrienne sont remodelées après avoir quitté leur discours d’origine pour entrer dans le discours anglais.

Mots clés : Sémiologie ; Littérature arabe ; Traduction ; Intraduisibilité ; Littérature comparée.

Translating the language of the Syrian revolution. While the Arab revolutions have obviously triggered extensive social and political changes, the far-reaching consequences of the cultural and discursive changes have yet to be adequately considered. For activists, researchers and journalists, the revolution was primarily a revolution in language ; a break with the linguistic oppression and the rigidity of the old regimes. This break was accompanied by the emergence of new languages, which made it possible to inform, tell and translate the ongoing events and transformations.

This language of the revolution was carried out into the world by competing voices from Syria (by local and foreign researchers, activists, and journalists). The core of this project is to find the various translations of the language of the Syrian revolution (2011 -2012) from Arabic to English to study and analyze. In addition, the discursive and non-discursive dimensions of the revolution are to be seen as another act of translation, including the language of the banners, slogans, graffiti, songs and their representation in English.

This research aims, in addition to contextualizing the language of the revolution, to demonstrate how this language was translated into English through three levels of translation. The first explores the context of translations from Arabic into English and examines three English books written about Syria. The second level sees translation as an act of importation into the dominant discourse and is exemplified with three books representing the revolutionary language. The third, and last, level looks at translation from the margin to the center, represented by activist translations from Arabic into English. The research tries to study how translations of the language of the Syrian revolution are reshaped after leaving their originating discourse and entering the English one.

Keywords : Semiotics ; Arabic Litterature ; Performance Studies ; Translation ; Untranslatability ; Comparative Literature.

A retrouver sur le site de l’ED 355