Partenaires

 



Rechercher



Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Actualités d’ailleurs > Archives Actualités d’ailleurs 2019-2022

Atelier EFiGiES

Mardi 16 avril 2019, 13h30-16h30, EHESS, salle de réunion, 3e étage, Marseille

Avec
Célia Lamblin, ATER en sociologie, Université Aix-Marseille, LAMES

Migrations égyptiennes en France : les appropriations politiques de la question des rapports sociaux de sexe dans un contexte révolutionnaire vécu à distance

Durant la mobilisation multisectorielle qui s’est déroulée à partir de 2011 en Égypte, la question des rapports sociaux de sexe a fait l’objet de nombreux débats. Même à distance du territoire national, ces discussions ont eu un écho dans les manières de faire des Égyptiens installés à l’étranger qui s’organisaient pour visibiliser leur solidarité avec le processus révolutionnaire en cours. Sur la base d’une enquête multisituée réalisée entre 2013 et 2016, cette intervention propose d’interroger les manières dont les jeunes révolutionnaires égyptien·ne·s installé·e·s en France se sont approprié les questions de genre. Qu’il s’agisse des rapports constitués dans les interactions quotidiennes ou discutés au sein des structures associatives, nous verrons que la question des rapports sociaux de sexe n’a pas toujours été uniquement posée par des activistes révolutionnaires. Plus encore, il semble pertinent d’exposer de quelle manière la sexualité s’est avérée être un levier de déqualification de la parole de certain·e·s militant·e·s révolutionnaires. En clair, il s’agira de discuter les appropriations politiques de la question des rapports sociaux de sexe dans un contexte révolutionnaire vécu à distance.

Marie Widmer, post-doctorante « incoming » LabexMed, TDMAM

Partager la royauté. Penser le pouvoir royal hellénistique par le biais des reines

A la suite de la mort d’Alexandre le Grand, les royaumes hellénistiques se développent et participent à la généralisation d’un type de gouvernance, la royauté, qui jusqu’alors n’était pas majoritairement représenté dans les espaces géographiques hellénophones. Ce système politique, qui s’établit et s’organise désormais sur un large espace, construit de nouvelles figures de basileis (rois) et de basilissai (reines). Afin de rendre compte de ce pouvoir royal hellénistique en construction, j’ai choisi d’étudier la contribution des reines de la dynastie séleucide aux affaires politiques et l’image publique qu’elles façonnent et diffusent. Je discuterai, dans une progression diachronique, de leur autorité politique et dynastique dans un système familial polygynique.

En savoir plus