Partenaires

 



Search



Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Home > Research Training (Masters, Doctoral Schools, PhD) > Thèses soutenues depuis 2007 > En 2019

Soutenance de thèse (ED 67)

ED 67 - Sciences juridiques et politiques - Aix-Marseille Université

de Yves MIRMAN

- Mardi 5 mars 2019, 14h, Sciences Po Aix, espace Philippe Seguin, salle 101, 31 avenue Jean Dalmas, 13090 Aix-en-Provence

Des engagements à l’épreuve du temps. La cause des disparus au Liban (2011-2018)

Sous la direction de Myriam Catusse & Christophe Traïni

Jury

Myriam CATUSSE, chargée de recherche au CNRS, IREMAM, directrice
Éric GOBE, directeur de recherche au CNRS, IREMAM
Stéphanie LATTE-ABDALLAH, chargée de recherche au CNRS, CERI, Sciences Po Paris
Marie-Claire LAVABRE, directrice de recherche au CNRS, ISP, Université Paris Ouest - Nanterre La Défense, rapporteure
Franck MERMIER, directeur de recherche au CNRS, IRIS, EHESS, rapporteur
Christophe TRAÏNI, Professeur des universités, CHERPA, Sciences Po Aix-en-Provence, directeur.

Résumé de la thèse :

Cette thèse décrit des engagements pour la cause de personnes disparues au Liban (enlèvement, meurtre ou emprisonnement) durant la guerre civile (1975 à 1989) et les occupations militaires qui ont suivi. Certains proches – notamment des femmes – se sont publiquement engagés depuis les années 1980 pour les retrouver, désigner des responsabilités, faire entendre leurs propres droits. Alliés à d’autres acteurs, ils et elles ont inscrit leur mobilisation de manière plurielle dans l’espace politique où rares sont les dispositifs de traitement du conflit. S’est ainsi façonnée au fil des ans une cause commune malgré leur fragmentation initiale, les drames intimes et les contraintes politiques rencontrées. Le nombre de plus en plus réduit de militants n’a pas tué la cause, mais, à l’épreuve du temps, a transformé les logiques de l’action collective. Par des dispositifs de sensibilisation, l’usage d’outils juridiques et un travail mémoriel, ces militants s’efforcent de faire entendre leur souffrance, mais également de lutter contre l’oubli du conflit voire à obtenir justice. L’observation de leurs activités et l’analyse de leurs témoignages entre 2011 et 2018 m’ont permis de mesurer les effets de leur action sur la cause comme sur leur engagement. Mettre en récit les crimes passés via la formulation d’un problème d’amnésie généralisée n’a pas permis de désigner de responsabilités claires. La remémoration publique des disparus et les procédures engagées en justice par des cause-lawyers ont suscité des dilemmes tant affectifs que stratégiques. C’est finalement à une sociologie des politiques de l’après-conflit au Liban que se propose de contribuer cette thèse.