Partenaires

CNRS
 



Rechercher



Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Activités de recherche > Pôle Sciences sociales du contemporain

1. Mobilisations sociales, actions publiques et recompositions des scènes étatiques

Participants IREMAM : François Burgat, Myriam Catusse, Vincent Geisser, Gérard Groc, Jean-François Legrain, Aude Signoles.

L’actualité des mouvements protestataires et des résiliences autoritaires replace la question du politique au cœur de la réflexion sur le devenir des sociétés du Maghreb et du Mashrek. Alors que les scènes publiques de la région ont longtemps été perçues comme apathiques, les bouleversements récents ont incité les chercheurs en sciences sociales à repenser leurs méthodes, leurs approches et leurs paradigmes. Toutefois ces évènements ont aussi révélé la nécessité d’appréhender les transformations sociopolitiques sur le long terme. Contrairement aux idées reçues, les changements ne sont pas nés avec les « printemps arabes » mais relèvent de recompositions sur le temps long et de tendances profondes. L’objectif de cette thématique est d’appréhender les mutations sociopolitiques dans les mondes arabes et musulmans dans une triple perspective :

  • Le champ des mobilisations : mouvements sociaux, renaissance des luttes syndicales, politisation des minorités sexuelles, culturelles et religieuses, formation de coalitions protestataires, émergence de nouveaux clivages sociaux, territoriaux et générationnels, etc.

  • Le champ de l’action publique : l’impact des mobilisations sur les politiques publiques et la réforme de l’État et des collectivités territoriales (décentralisation, régionalisation, etc.), privilégiant des approches sectorielles (justice, forces de sécurité, santé, éducation, environnement, politiques d’émigration-immigration, etc.).

  • Le champ de la politique transnationale : les initiatives de regroupement régionales, les relations multilatérales, les conflits interétatiques, l’affirmation des logiques de solidarité confessionnelle au sein de l’espace arabe, la montée des nationalismes ethniques, les politiques d’allégeance étatiques à l’égard des diasporas, etc.




Manifestation Beyrouth © Vincent Geisser