Partenaires

 



Rechercher



Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Actualités d’ailleurs

Algérie-France, la voix des objets, 4e édition

Marches citoyennes d’aujourd’hui et d’hier

Une saison conçue par le Mucem avec Florence Hudowicz, Camille Faucourt (conservatrices) et Christian Phéline (historien).

- 27 janvier, 3 et 10 février 2020, Mucem, Marseille.

Le Mucem interroge les relations qu’entretiennent depuis près de deux siècles la France et l’Algérie, mais aussi leurs échos dans la vie actuelle de chacun des deux pays : à travers une vitrine présentant une sélection d’images et d’objets (visibles dans le forum du J4) et une série de trois tables rondes animées par la journaliste Daikha Dridi, il s’agit pour cette 4e saison de mieux comprendre l’ample mobilisation pacifique que porte la population algérienne depuis février 2019, en évoquant les grandes manifestations démocratiques dont elle fut déjà l’actrice au cours des trois dernières décennies de la période coloniale.

1936-1937, 1945, 1960-1961, en chacune de ces circonstances comme pour le mouvement en cours en Algérie, la mobilisation sera approchée à l’aide des mêmes questions : Où ? La rue comme espace public à conquérir ou reconquérir… Qui ? Un peuple dans la diversité de ses forces vives : jeunes, femmes, syndiqués… Pour quoi ? La démocratie et tous ses droits, jusqu’à l’autodétermination hier, et l’exigence d’une « Deuxième République » aujourd’hui…

Programme :

- Lundi 27 janvier 2020 à 18h30, table-ronde Où ? La (re)conquête publique de la rue
Avec Omar Carlier et Marie Chominot-Louanchi (historiens).
Modération : Daikha Dridi (journaliste).

La population algérienne porte la mémoire d’une longue tradition de l’action publique de masse, qui tient à la participation dès 1936-1937 aux mobilisations politiques et syndicales du Front populaire, mais aussi à ses rassemblements propres (Congrès musulman, Étoile nord-africaine puis Parti du peuple algérien…) ; les cortèges du 8 mai 1945 ; les mobilisations indépendantistes du 11 décembre 1960 à Alger et du 17 octobre 1961 à Paris… L’évocation de ces précédents – dont certains, on le sait, se sont heurtés à la plus vive répression – permet d’interroger la manière dont, à son tour, le hirak (« le mouvement populaire », « la mobilisation citoyenne ») a reconquis la rue comme espace public et y a imposé une présence organisée de ses symboles : drapeau, slogans, chants. Qu’est-ce qui fait la force de cette mobilisation pacifique ? Quelles leçons a-t-elle tirées des grands mouvements de 1980 et de 1988 ? Quels risques doit-elle affronter ?

En savoir plus sur la table-ronde du 27 janvier

- Lundi 3 février 2020 à 18h30, table-ronde Qui ? Un peuple, ses forces vives

Avec Maïssa Bey (romancière) et Pierre Vermeren (historien).
Modération : Daikha Dridi (journaliste).

Un mouvement qui réunit en masse depuis des mois femmes et hommes de tous âges, origines et conditions invite à réinterroger nombre des questions propres à l’émergence du peuple algérien dans l’histoire : quelles mobilisations professionnelles ou locales ont préparé le mouvement actuel ? Quel rôle ont joué les femmes dans l’action collective, aujourd’hui comme hier, et quel statut auront-elles dans l’Algérie de demain ? Comment la jeunesse actuelle se réapproprie-t-elle l’histoire de la libération nationale et celle de l’Algérie indépendante ? Comment les Algériens savent-ils faire du langage et de l’humour l’une des meilleures armes de leur combat ?

En savoir plus sur la table-ronde du 3 février

- Lundi 10 février 2020 à 18h30, table-ronde Pour quoi ? L’exigence de démocratie et de pluralisme

Avec Charlotte Courreye (historienne) et Mohamed Kacimi (romancier et dramaturge).
Modération : Daikha Dridi (journaliste).

Au prix de huit années de guerre, l’indépendance du pays a matérialisé ce droit démocratique d’un peuple à disposer de lui-même déjà revendiqué en 1945, et même à partir de 1936 par l’Étoile nord-africaine-PPA appelant à une « Constituante souveraine »… En parlant d’une « seconde indépendance », d’une « Deuxième République », d’un « État civil et non militaire », les membres du hirak exigent que la population reconquière une souveraineté pluraliste dont elle a été dépossédée dès juillet 1962. Les bases mêmes du « système » en place depuis lors sont ainsi remises en débat. Quel type de vie civique inventer, qui puisse échapper au contrôle par les forces de « l’État profond » ? Comment garantir la sincérité des élections, le caractère civil de l’État et une réelle séparation des pouvoirs ? L’« algérianité » peut-elle se réduire à la référence « arabo-musulmane » ? Qu’attendre à l’avenir des Algériens de France et des binationaux ?

En savoir plus sur la table-ronde du 10 février

Retrouver la programmation complète sur le site du Mucem