Partenaires

CNRS
 




Rechercher

Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Publications > Vient de paraître > En 2010

L’État face aux débordements du social au Maghreb. Formation, travail et protection sociale

sous la direction de Myriam Catusse, Blandine Destremau et Éric Verdier,
Paris, IREMAM-KARTHALA, Coll. "Hommes et sociétés", 2010, 458 p.



Au Maghreb, sous l’empire de la renégociation de la dette publique et des injonctions des organismes internationaux, « l’État développeur » des lendemains de l’indépendance, tout à la fois moderniste, patrimonial et autoritaire, avait dû se faire « modeste » et en appeler au développement du secteur privé ainsi qu’à une implication renforcée de la « société civile ». Le succès n’a pas été au rendez-vous de ce tournant pris dans les années 1980. Bien plus, des inégalités sociales renforcées, des taux de chômage plus élevés, un système éducatif dévalorisé, une offre publique de soins dégradée ainsi que de nouvelles formes de pauvreté se sont conjugués pour mettre à mal un lien social déjà fragile.

Parmi bien d’autres, des mouvements sociaux comme ceux des diplômés chômeurs ou les protestations récurrentes contre l’envolée des prix alimentaires, témoignent d’une angoisse individuelle et collective telle qu’elle s’est muée, par delà des calendriers spécifiques, en une priorité commune aux agendas politiques des trois pays du Maghreb : « sécuriser » la société en endiguant les « débordements » du social. C’est à déchiffrer ce moment particulier des mutations de l’action publique que s’attache ce livre.

Ciblé sur trois activités principales – la formation, l’accès à l’emploi et la protection sociale –, l’ouvrage montre que la réforme de ces politiques se définit dans des configurations spécifiques, à la fois nationales et locales. Résolument comparatiste, la démarche s’intéresse d’abord aux trajectoires des « États sociaux maghrébins », mises à l’épreuve des réformes actuelles et de mouvements protestataires. Puis, la réflexion se concentre sur les réajustements des politiques de formation et d’emploi. S’affichent les profonds déphasages entre les ambitions avancées aux débuts des années 2000 et les conditions sociales qui président, localement ou sectoriellement, à la construction des compétences professionnelles. Enfin s’échafaude une interrogation sur les devenirs des politiques sociales au Maghreb.

Myriam CATUSSE est politologue, chargée de recherche au CNRS, à l’Institut français du Proche-Orient (IFPO) à Beyrouth. Elle conduit une analyse comparée des politiques néolibérales dans le monde arabe.

Blandine DESTREMAU est sociologue et économiste, chargée de recherche au CNRS, au Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (LISE) à Paris. Ses travaux portent sur le travail, l’emploi et la solidarité sociale, notamment dans le monde arabe.

Éric VERDIER est sociologue et économiste, directeur de recherche au CNRS, au Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST) à Aix en Provence. Il développe des travaux comparatifs sur les politiques de formation, d’emploi et de travail.

Pour commander cet ouvrage : Éditions Karthala


Pour consulter le sommaire :

Sommaire