Partenaires

CNRS
 



Search



Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Home > In the headlines

Appel à contributions de la REMMM

Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée

Fantômes d’Empire : persistances et revendications d’ottomanité(s)
dans les espaces post-ottomans


Responsables scientifiques : Philippe Bourmaud (Université Jean-Moulin Lyon 3),
Iyas Hassan (Ens Lyon) et Aline Schlaepfer (Université de Genève)


Calendrier :

Les propositions d’articles, en français ou en anglais (4 000 signes maximum) sont à envoyer par courriel avant le 1er février 2019 à :
Philippe Bourmaud : philippe.bourmaud@gmail.com
Iyas Hassan : iyas.hassan@ens-lyon.fr
et Aline Schlaepfer : alineschlaepfer@gmail.com

Les auteurs recevront une réponse (article retenu ou non) dans le mois suivant.
Les articles, rédigés en français ou en anglais et d’un volume maximal de 45 000 signes, doivent être envoyés avant le 30 septembre 2019.

Pour plus d’informations concernant les règles de rédaction et le processus éditorial, voir ici

Sur des modes divers, les historiographies nationales du Moyen-Orient ont présenté la sortie de l’Empire ottoman comme une rupture, parfois assortie d’un déni d’héritage, et en tout état de cause accompagnée de refontes globales des pratiques et des référents culturels. Elles se sont construites sur l’idée que les peuples « s’étaient endormis » pendant des siècles de domination ottomane, avant de se réveiller au son d’une modernité tardive. La réalité de ces transformations ne saurait être remise en question. Après la déroute des armées ottomanes en septembre-octobre 1918, le décrochement politique entre ce qui reste de l’État ottoman et ses anciennes provinces arabes est très rapide : élections parlementaires dans un espace ramené grosso modo à la Turquie actuelle, organisation de comités islamo-chrétiens ou mésopotamiens dans les territoires occupés, ou encore préparation de délégations avec leurs programmes respectifs en vue de la conférence de la paix. Puis, en aspirant à l’indépendance, les États post-ottomans confirment leur volonté d’éradiquer le passé et de se projeter dans l’avenir. Cette époque charnière témoigne ainsi d’une multitude de reconversions rapides [...]

Consulter la suite de l’appel à contributions sur le site de la REMMM