Partenaires

CNRS
 



Rechercher



Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Séminaires de Master et de recherche > Les séminaires d’enseignement du Master MAMHS (AMU/DEMO) (M2 recherche) 2017-2018

ISL S9 - Littérature arabe

Séminaire Master 2 ISLS9 - Littérature arabe
Année universitaire 2017-2018

Responsables : Mohamed Bakhouch et Richard Jacquemond



Le séminaire de littérature arabe propose chaque année un thème transversal, commun à la littérature classique et à la littérature moderne. Cette année, nous avons choisi celui de la satire, qui sera abordée à partir d’un corpus poétique pour la littérature classique, et pour la littérature moderne d’un corpus plus large, littéraire voire extra-littéraire.

- Les séances ont lieu le mardi de 10h30 à 12h30, Schuman, Salle E107

Littérature ancienne : Mohamed Bakhouch

Genre poétique séculaire et toujours vivant, le hidjâ’ [invective, satire] est motivé par des querelles personnelles, tribales ou politico-religieuses. L’auteur d’une satire outrage l’honneur [le ’irdh ] de sa victime [une personne et/ou un groupe], soit dans une courte épigramme, soit dans une séquence plus longue figurant dans un poème [qasîda], soit enfin dans des joutes satiriques [naqâ’id].
Le hidjâ’ était perçu par les Arabes anciens comme un sortilège, une imprécation, un maléfice contre lesquels il fallait se protéger. L’offense qu’il constitue est, comme on peut aisément le deviner, très mal ressentie ; et la réaction la moins violente qu’elle suscite est la riposte par une satire composée sur le même mètre et avec la même rime [une naqîda].
Les séances du séminaire dévolues à la littérature arabe ancienne seront consacrées à une lecture critique des différents définitions du hidjâ’, et à l’étude d’un choix de poèmes représentatifs, afin de mettre en exergue les riches spécificités de ce genre poétique.

Séances du 26 septembre, 17 octobre, 24 octobre, 14 novembre et 28 novembre

Littérature moderne : Richard Jacquemond

Dès l’époque classique, la tradition satirique du hidjâ’ s’est prolongée dans de nouveaux genres littéraires, en poésie (le zajal) et en prose (la maqâma). Ces deux genres tardifs trouvent leur prolongement dans les formes modernes de la satire sociale et politique : dans la poésie orale (dialectale notamment) et dans le roman réaliste. On s’interrogera sur les rapports entre ces formes d’expression et le contexte politique, de la période coloniale aux « printemps arabes ».
On verra également comment cette tradition satirique s’est étendue à d’autres genres littéraires (adab sâkhir) mais aussi d’autres formes d’expression et d’autres médias, de la caricature de presse aux arts de la rue et au show télévisé.
Ce sera donc l’occasion de s’interroger sur la circulation des techniques et des usages de la satire à travers les différents genres et médias et d’interroger les rapports entre l’écrit, l’oral et les arts visuels.

Séances du 3 octobre, 10 octobre, 7 novembre, 21 novembre et 5 décembre