Partenaires

CNRS
 




Rechercher

Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Actualités d’ailleurs

iReMMO - Séminaires semestriels

L’impact du droit international en Méditerranée et au Moyen-Orient

Tous les jeudis de 18h30 à 20h30 du 5 octobre au 14 décembre 2017.
Sous la direction de Géraud de la Pradelle, juriste, professeur émérite à l’université Paris X-Nanterre.

Présentation : ce séminaire se compose de deux semestres de dix séances, permettant d’appréhender la diversité des questions juridiques qui impactent la région Méditerranée – Moyen-Orient.

Les notions de base du droit international seront successivement exposées à partir d’affaires réelles intéressant précisément la Méditerranée et le Moyen-Orient (ex : le port du voile islamique ; l’édification d’un mur en Cisjordanie et à Jérusalem ; l’attentat visant M. Rafic Hariri ; le génocide commis en Yougoslavie, etc.). D’autre part, des séances consacrées aux problèmes spécifiques posés par la situation actuelle en Méditerranée et au Moyen-Orient, porteront sur des « thèmes particuliers » (ex : les affrontements armés ; les déplacements de personnes ; le conflit Israël-Palestine, etc.).

Les séances de chaque sorte se tiendront alternativement, une semaine étant consacrée à une séance de « présentation du droit international », la semaine suivante à l’un des « thèmes particuliers » et ainsi de suite.

Le thème de certaines séances pourra être modifié en fonction de l’actualité.

- Jeudi 26 octobre 2017

Séance 4 : Interventions étrangères

Rappel historique et analyse en ce qui concerne les interventions étrangères, occidentales, iraniennes, russes etc. dans la région.

En savoir plus


Géopolitique et économie du Maghreb

Tous les vendredis de 18h30 à 20h30 du 6 octobre au 15 décembre 2017.

Responsables :

Xavier Richet, professeur, Université de la Sorbonne-nouvelle, chaire Jean Monnet d’économie, co-responsable du séminaire BRIC, (EHESS et Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris). Il a enseigné et a conduit des recherches dans plusieurs universités de la région (Alger, Annaba, Fès, Rabat, Sfax, Tunis) et a été expert dans plusieurs projets académiques et industriels dans ces trois pays.

Nadji Safir, sociologue et consultant international spécialiste du Maghreb. Il a occupé en Algérie, de 1968 à 1994, des fonctions de chercheur et d’enseignant dans diverses institutions, notamment à l’Institut de Sociologie de l’Université d’Alger, ainsi que celles de Chef de Département, successivement, à la Présidence de la République puis à l’Institut National des Etudes de Stratégie Globale. De 1994 à 2007, il a été consultant pour diverses organisations internationales, avant de rejoindre la Banque Africaine de Développement, comme socio-économiste et où il achèvera sa carrière comme Représentant-Résident de la Banque à Madagascar. Auteur de nombreuses publications en Algérie et à l’étranger, il est actuellement consultant international.

Estelle Brack, économiste, spécialiste des questions bancaires et financières, Directrice de programmes paiements au sein du groupe bancaire BPCE. Titulaire d’un Doctorat en Sciences Economiques (Economie Internationale & Développement), elle enseigne à l’Université Paris-II Panthéon-Assas dans le cadre du LLM « Droit des Affaires des pays arabes » et elle est également expert auprès de l’OCDE pour la promotion de l’accès au financement des femmes entrepreneurs dans la région MENA (Middle East North Africa).

Présentation : ce séminaire, animé par trois universitaires et experts aux compétences complémentaires – et qui, en outre, feront appel à d’autres collègues en fonction de leurs propres domaines – vise à présenter les performances et les stratégies économiques des pays du Maghreb (entendus au sens des cinq pays-membres de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) : Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie) avec un accent particulier sur les crises qui ont pu les affecter dans le contexte des principales évolutions en cours de l’économie et de la géopolitique mondiales. Il est également l’occasion d’apprécier dans ce contexte les potentiels de croissance de la région ainsi que ceux des risques qui y sont liés.

D’autant que les cinq pays de la région, face à des contraintes socio-économiques et politiques relativement différenciées, ont opté pour des modèles économiques qui le sont tout autant pour s’insérer dans la mondialisation comme contrainte. Ceci dit, malgré les différences qui les caractérisent, ils n’en constituent pas moins un ensemble humain, historique et géographique doté de très fortes caractéristiques communes. Et qui, aujourd’hui, se trouve directement confronté à de nouveaux enjeux qui, tous, directement, déterminent son avenir.

De fait, l’avenir du Maghreb s’esquisse aujourd’hui dans des contextes régional, international et mondial plutôt difficiles, car dominés par une profonde reconfiguration de très nombreux équilibres qui avaient longtemps prévalu ; qu’ils soient économiques, politiques, géopolitiques, démographiques et environnementaux, pour ne citer que les plus importants.

Et c’est donc en fonction de ces grandes interrogations que, tout au long des 10 séances programmées, les principales évolutions caractérisant les pays du Maghreb seront examinées et débattues.

- Vendredi 27 octobre 2017


Séance 4 : Le Maghreb et l’Afrique subsaharienne

Remontant très loin dans l’histoire, ces relations apparaissent aujourd’hui de plus en plus conditionnées par un ensemble de déterminations liées aux évolutions en cours de la problématique sahélienne et qui, pour l’essentiel, procèdent des conséquences – au Sahel, surtout – de trois grandes logiques convergentes : rythme exceptionnel de croissance de la population, impacts négatifs du réchauffement climatique et dégradation des contextes sécuritaires dominants.

En savoir plus