Partenaires

CNRS
 




Rechercher

Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Séminaires de Master et de recherche > Les séminaires d’enseignement du Master MAMHS (AMU/DEMO) (M2 recherche) 2016-2017

Séminaire « La fabrique de l’image dans les mondes arabe et musulman contemporains » (TLP/MAMHS)

Travailler sur les images, travailler en images, travailler avec les images
Rapport aux sources et rapport au terrain

Ouvert aux étudiants du master recherche, aux doctorants et tout public.

Responsables :
Kinda Chaib - Iremam/MuCEM
Mathilde Chèvre – Iremam

Ce séminaire propose d’appréhender le rapport à l’image et aux images que nous avons dans nos pratiques de recherche et de terrain, d’interroger ce que sont les pratiques des sciences sociales de l’image, sur l’image et par l’image. Centré sur les mondes arabe et musulman où se sont, ces dernières années, déployées de nouvelles pratiques et de nouveaux modes de diffusion des images, l’objectif du séminaire est multiple. Il vise, dans un univers saturé en messages visuels, à questionner le rapport que nous entretenons avec les images. Un ensemble de thèmes servent de fil directeur à la réflexion et nous tentons d’apporter des pistes de réponses à partir de terrains précis et d’expériences diverses.

Ce séminaire se déroule sur deux années : dans un premier temps, le séminaire interroge les fabrications des images ainsi que les pratiques de recherche autour des images. En amont du terrain, quels sont les intérêts de méthodes construites à partir des images ? En quoi ce type de travail peut permettre de suppléer à des problèmes inhérents à certaines situations d’enquête ? Comment, en SHS, fait-on le choix méthodologique d’user des images sur le terrain ? Comment l’image peut-elle servir à la restitution, notamment par la mobilisation ou la création de dispositifs originaux ? Qu’apporte un travail par les images à une recherche en SHS ? Comment le travail avec les images et le travail de l’image par le chercheur modifie-t-il le rapport au terrain et aux enquêtés ?

Dans un deuxième temps, le séminaire est l’occasion d’interroger les images en tant que source, explorer leur fabrication et leur grammaire interne, c’est-à-dire la narration portée par l’image tant du point de vue du récit que des codes iconographiques. Par image narrative, nous désignerons une image qui représente et rend perceptible le monde. Elle pourra être entendue dans ses déclinaisons multiples : l’album pour enfants, la bande dessinée, la peinture sur tous supports, les médias sont autant de producteurs d’images, passeurs et porteurs de l’histoire que le monde raconte de lui-même et à lui-même. Cette narration est alors réflexive : elle peut être étudiée comme un reflet des sociétés productrices et elle énonce leur réflexion sur le monde. Au fil de cette seconde année, le séminaire propose de croiser et faire se rencontrer des chercheurs et des « fabriqueurs » d’images, artistes/ peintres/ illustrateurs contemporains, dont les expériences et analyses pourront être entendus au cours d’une même séance.

Calendrier 2016-2017

- Première séance le jeudi 24 novembre 2016, 9h30-13h30, MuCEM, Marseille.
Dessiner l’histoire, ou l’attention portée au geste

Adrien GENOUDET, historien du visuel, Sciences Po/Institut de l’histoire du Temps Présent (CNRS), Paris ; auteur de Dessiner l’histoire - Pour une histoire visuelle, Grapheim, 2015.

Thomas AZUELOS, auteur et illustrateur de bandes-dessinées, Marseille ; dernière publication : Le Comité (librement adapté du roman égyptien de Sonallah Ibrahim), Cambourakis, 2016.

- Jeudi 8 décembre 2016, 9h30-13h30, MuCEM, Marseille.
Lire le cadre, lire les cases, lire l’image

Par la fenêtre des peintures persanes, par Yves PORTER, professeur d’histoire de l’art islamique, Aix-Marseille Université, Marseille.

Le cadre, un aperçu subjectif de la BD arabe, par Barrack RIMA, auteur et illustrateur de bandes-dessinées, Bruxelles.

- Jeudi 19 janvier 2017, 9h30-13h30, I2MP, MuCEM, Marseille.
La traduction des images et des mots

Alors que se tient au Mucem l’exposition Après Babel, traduire !, la séance portera sur le thème de la traduction des images et des mots.

Avec :
Jean Dytar (auteur de bandes dessinées) qui nous présentera son travail sur les usages et réinvestissements des miniatures persanes dans son travail d’auteur de BD (voir notamment http://www.jeandytar.com/le-sourire-des-marionnettes/presentation/)
Manuel Sartori (IEP d’Aix-en-Provence) sur les traductions arabes de Tintin.
Yves Porter (Aix Marseille Université) qui discutera ces deux présentations

- Jeudi 9 février 2017, Séance fermée pour les étudiants du Master TLP.

- Jeudi 23 mars 2017, 9h30-13h30, I2MP, MuCEM, Marseille.

Paysage(s) et espace

Avec Zara Fournier (université François Rabelais, Tours), Christophe Meunier (ESPE, Tours) et Geneviève Houssay (Mucem, co-commissaire du temps fort "Palestine : territoire, mémoire, projections".

- Zara Fournier : "Il n’y a pas plus beau que le Sud" : images du Sud-Liban, fantasmes et projections.

La réflexion proposée lors de ce séminaire part d’un double constat : la persistance et le renouvellement d’images et d’imaginaires territoriaux bucoliques et idylliques autour du Sud-Liban, corollaires de certaines images territoriales et de lieux que l’on pourrait qualifier de « dystopiques » (Guinard et Guyot, 2016) ; ces deux types de représentations mettent en scène un « Sud » extra-ordinaire, objet de fantasmes et de projections. Il s’agira aussi de pointer le décalage entre ces projections / images et les réalités socio-politico-économiques du territoire. Quelles sont les images le plus fréquemment associées au « Sud » et pourquoi s’y intéresser ? De quoi sont-elles symptomatiques, que révèlent-elle des réalités socio-spatiales de ce territoire ?

- Geneviève Houssay : Retour sur le temps fort " Palestine : territoire, mémoire, projections".

Si la Palestine, en tant que terre, territoire, pays ou métaphore, a pu être le support de diverses projections imaginaires ou le lieu de multiples significations, les Palestiniens en revanche – habitants, peuple, résidents permanents, réfugiés et diaspora – constituent en matière de représentations et de pensée un signifié toujours controversé.

La Palestine : une patrie et un territoire, un lieu où se projettent toutes ces représentations, dont l’histoire a été effacée, mais également réaffirmée par la résurgence de la mémoire, par le surgissement de l’intervention artistique.

- Christophe Meunier : Mise en espace des images et territorialité dans les albums pour enfants.

- Jeudi 6 avril 2017, 9h30-14h, « Faites le mur ! »

Intervenants : Anahi Alviso-Marino, (chercheure, FMSH / CEFAS), Said Baalbaki , (Peintre, Berlin), Olivier Cablat, (Photographe, Arles), Jean-Pierre Mercier, (Cité de la BD, Angoulême).

Séance animée par Kinda Chaib, Mathilde Chèvre, Simon Dubois et Frédéric Mougenot .

Des peintures pharaoniques aux murs peints des révoltes arabes, des miniatures médiévales et récits sur verre des aventures du cheval ailé Buraq aux comics contemporains, comment le monde arabe se raconte-t-il en images ? Chercheurs, peintres et illustrateurs explorent cette question de la narration graphique dans le temps et dans l’espace.

Lieu et accès

Plan d’accès au MuCEM et à l’I2MP en documents joints.

Important : l’entrée est libre sur inscription auprès de Ondina Santin (i2mp@mucem.org).
Se munir d’une pièce d’identité pour entrer.

Retrouver le séminaire sur le site du MuCEM