Partenaires

 



Rechercher



Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Parutions 2009-2019 > En 2016

Filmer les réfugiés

par Marie-Pierre Oulié

Filmer les réfugiés
Cinéma d’enquête, Études visuelles et subjectivité assumée
Documentaires, Films ethnographiques, Ethno-fictions ou Ego-fictions ?

Fabienne Le Houérou, Préface de William Berthomière, Paris, L’Harmattan, septembre 2016, 294 p.

Cet ouvrage s’interroge sur l’usage des techniques cinématographiques et des films ethnographiques dans les Sciences humaines et évoque l’émergence d’un cinéma transversal rassemblant toutes les Sciences humaines autour d’un processus d’enquête. Que cette enquête soit géographique, anthropologique, historique, économique ou politologique, le chercheur se trouve dans une dynamique d’investigation scientifique et de repérages systématiques de traces, recoupées, analysées, explorées au prisme de ses connaissances scientifiques. L’auteur interroge sa propre production cinématographique sur ce Cinéma d’enquête en élaborant une théorie de l’authenticité des études visuelles qui se fonde sur une subjectivité assumée. Une proposition que Fabienne Le Houérou tente en y englobant la subjectivité et l’affectivité dans une vision rationnelle globale qui n’évite pas les paradoxes et les contradictions. Le paradoxe étant présenté ici comme la fine fleur de la pensée. Aussi, assumer sa subjectivité est-elle une posture sur laquelle l’auteur insiste. La chercheur(e) tente ici de comprendre si ces plongées cinématographiques dans les univers des réfugiés pendant 20 ans se rapportent à des films ethnographiques, des films de genre où la part du féminin est fondamentale ou encore des ethno-fictions ou des ego-fictions pour conclure sur la notion plus simple, plus modeste, plus vraie et plus authentique « d’enquête » – une opération ayant pour objectif la découverte des univers de sens des réfugiés dans nos espaces globalisés contemporains. La caméra insiste sur les parcours des acteurs des migrations sur leurs espaces en captant par les images en mouvement les frottements des exilés à leurs sociétés d’accueil et les espaces interstitiels entre sociétés hôtes et réfugiés. Espaces de conflits et de solidarité s’affrontent dans des courants contraires mais aussi dans des dynamiques complémentaires. Il est donc ici question d’une cinématographie qui s’est essentiellement posée la question des migrations forcées dans les espaces urbains où se sont constituées des « bulles ethniques ».

Fabienne Le Houérou, qui s’intéresse aux mobilités plurielles : immigration, migrations forcées et crises humanitaires dans les relations internationales, est à la fois historienne et anthropologue. Directeur de recherche CNRS (MIGRINTER), elle enseigne à Sciences Po Aix-en-Provence et donne des cours en Inde (Université du Sikkim) et aux États-Unis. Elle explore depuis plus de 20 ans les univers des réfugiés dans une approche imagétique de la migration et des mémoires migrantes.

En savoir plus sur l’ouvrage sur le site de l’Harmattan

En savoir plus sur Fabienne le Houérou

Consulter la table des matières

Le Houérou Fabienne - Filmer les réfugiés