Partenaires

 



Rechercher



Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Manifestations scientifiques (colloques, rencontres-débats...) > Colloques, Tables rondes, Journées d’études organisés par l’Iremam > En 2015

IREMAM - Journée d’étude : Le religieux chez les Berbères : Islam(s) Berbère(s)

Islams berbères

École coranique de « plein air ». Kabylie, avant 1914
(Photo Émile Laoust, Collection Encyclopédie berbère)


Mardi 17 novembre 2015
10h-17h30, salle A219, MMSH, Aix-en-Provence
Organisé par le séminaire « Amazigh - Tamazight / Berbère(s) »,
en collaboration avec le séminaire du LACNAD (INALCO, Paris)
& l’Encyclopédie berbère


Programme

(30 mn de présentation + 15 mn de discussion par intervention)

10h – Ouverture et présentation : (C. Miller, S. Chaker)

10h15 – Rachid BELLIL (CNRPAH, Alger) : « Quelle place tient le religieux dans la crise du Mzab ? »

11h – Mehdi GHOUIRGATE (Univ. Bordeaux-III) : « La berbérisation de l’islam des Barghawata aux Almohades ».

11h45 – Abdellah BOUNFOUR (Inalco) : « Un traité sur le soufisme en berbère (tachelḥit) ».

12h30 : déjeuner

14h – Kamal NAÏT-ZERRAD (INALCO) : « Le vocabulaire religieux berbère dans le manuscrit d’Ibn Tunart (XIe-XIIe) ».

14h45 – Carmen GARRATÓN MATEU (Doctorante, Université de Cadix) : « L’exhérédation féminine en Kabylie comme paradigme de l’opposition entre le droit traditionnel berbère et la loi islamique ».

15h30 – Boudjemaa AZIRI (HCA, Alger) : « Le paradigme religieux dans le récit de Belaïd At Aɛli Lwali n wedrar ».

16h15 – Saïd CHEMAKH (Univ. Tizi-Ouzou) : « Taqsiṭṭ n Sidna Yusef : de la légende coranique à la tradition orale kabyle ».

16h45 – Salem CHAKER (IREMAM/AMU) : « Un islam fortement intégré et berbérisé : Taqsiṭṭ n Sidna Yaɛla, poème hagiologique kabyle ».

[Avec la participation de Mohand Tilmatine (Univ. Cadix) et de nombreux autres collègues d’AMU/CNRS].


La problématique de cette journée d’étude est issue d’un constat : hormis quelques travaux de référence anciens sur le culte des saints, les pèlerinages, les confréries et, plus récemment, les conversions au christianisme, l’islam et le religieux en général, n’occupent qu’une place modeste dans le champ des études berbères. Certes, les recherches sur l’islam sont étroitement liées aux études arabes dans le champ académique ; mais le fait que les sociétés berbères soient des sociétés islamisées mais de langue non arabe n’explique certainement pas tout. Cette présence limitée du religieux dans les Études berbères n’est ni le reflet d’une marginalité de l’islam dans les sociétés concernées, ni le produit d’une orientation anticléricale de la part des intellectuels berbérisants comme le croit souvent le sens commun, savant et populaire.

Pour comprendre cette situation assez paradoxale, il convient, d’une part :
– de faire l’histoire sociale de la place et du rapport à l’islam dans les sociétés berbères, d’un point de vue interne et non par rapport à une quelconque « centralité normative », urbaine ou étatique ;
– d’autre part, reconstruire l’histoire du rapport des berbérisants à l’islam et au religieux en général.

Plus largement cette première approche s’inscrit dans une réflexion/interrogation plus globale sur le religieux, dans sa diversité, chez les Berbères, à travers les âges, à travers ses permanences et ses spécificités – souvent pressenties ou postulées, rarement identifiées et étudiées sur la base de données objectives et documentées. Bien des questions cruciales sur les dynamiques du religieux chez les Berbères restent encore peu étudiées, ou non appropriées, par les études berbères, alors qu’elles pourraient fort utilement les éclairer et/ou en être éclairées : christianisation antique (voies et extension, traces linguistiques et culturelles…), processus d’islamisation dont la complexité, la lenteur et les avatars sont largement ignorés voire occultés, impact du judaïsme (certainement sous-estimé), confrérisme, résurgences cycliques du fondamentalisme islamique dans les sociétés modernes et contemporaines…

Sur toutes questions, on se satisfait trop souvent de données globalisantes ou approximatives, alors que le détail de ces dynamiques est souvent une clef de compréhension essentielle de l’histoire, du changement culturel et du politique.

Vaste programme, bien sûr, que nous ne prétendons évidemment pas épuiser dans la journée d’étude projetée, mais tout juste effleurer, dans une démarche résolument exploratoire, voire expérimentale.

Il s’agira donc d’une toute première approche, dont la finalité première sera de permettre à des spécialistes de disciplines différentes (historiens, anthropologues, sociologues, linguistes, spécialistes de la littérature…) de confronter leurs expériences, leurs terrains et leurs matériaux. D’identifier des points aveugles, de dégager des pistes de recherche transdisplinaires. Et de contribuer, modestement, à redonner sa place, historique, sociale et culturelle, au paramètre religieux – Islam bien sûr, mais aussi Christianisme et Judaïsme, paganisme(s) pré-monothéiste(s) – dans le champ des études berbères.

Les contributions à cette journée et les débats donneront lieu à publication (papier et/ou numérique), sous forme d’un volume autonome ou d’un dossier de revue.

Axes thématiques proposés

1. Islams locaux, Kabylie, Gourara, Ahaggar…
2. Islam en émigration
3. Islam dans les études berbères
4. Confrérie et politique
5. Clercs ruraux berbères
6. L’islam dans la langue : lexiques religieux berbères / une koinè religieuse berbère ?
7. Islam berbère médiéval
8. Poésie religieuse berbère

Orientation bibliographique

Consulter le document ci-dessous