Partenaires

 



Rechercher



Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Séminaires de Master et de recherche > Séminaires inter-laboratoires de la MMSH (2010-2019) > En 2013-2014

Séminaire inter-laboratoires IDEMEC-IREMAM

Genre et sexualité au prisme des religions dans l’espace méditerranéen

Le séminaire « Genre et sexualité au prisme des religions en Méditerranée » est co-organisé par l’Idemec et l’Iremam

Le comité de coordination scientifique est composé de Lisa Anteby-Yemini (Idemec), Katia Boissevain (Imedec) et Stéphanie Latte Abdallah (Ifpo/Iremam).

Séances 2013-2014

- Jeudi 13 février 2014, 14h00-15h30, MMSH, Salle Paul-Albert Février
Rencontre entre droits des femmes et religions :
le cas des fonctions cultuelles

Lucie Veyretout (Université de Strasbourg)


- Jeudi 12 décembre 2013, 14h00-16h00, Mucem, Marseille - Salle IMP2

Femmes et fonctions religieuses : défier les limites du genre

Sainteté féminine en islam : les jeux de genre
Katia Boissevain (Idemec)

Le défi des femmes rabbins dans le judaïsme orthodoxe
Lisa Antéby-Yémini (Idemec)


- Jeudi 14 novembre 2013, 14h-15h30, Mmsh, Salle 1
Eléonore Armanet (Maître de conférences, AMU, Idemec)
Un « religieux au féminin » : corps maternel et sacré en monde druze

Centré sur la communauté druze d’Israël, l’exposé mettra en évidence ce qui relève d’une poétique radicale : le lien du corps – et singulièrement du corps maternel – au sacré. Dans la mise à l’abri du corps féminin, dans les soins d’emmaillotement et le « savoir-taire » dispensés autour de leur Livre saint, les Druzes assimilent l’un à l’autre la religion du groupe et le corps de la femme. A l’échelle du collectif entier se voit alors tissé un « religieux au féminin », coutumier et en grande partie gardé par les mères.


- Intervention de Fatiha Kaoues (post-doctorante Labex-Med, IDEMEC)

- Mercredi 17 octobre 2013, 14h-15h30, Mmsh, Salle 1

Le développement évangélique au Moyen Orient (Egypte, Liban) au prisme du genre

Les missions évangéliques ont pris pied au Moyen Orient au XIXe siècle. Depuis l’origine, le terrain des missions protestantes en terres d’islam est monopolisé par les agences missionnaires américaines. Partis de Boston, aux Etats-Unis, les presbytériens se sont installés au Liban (alors intégré à la Syrie ottomane) en 1819 et en 1854, leurs coreligionnaires congrégationalistes se sont focalisés sur l’Egypte Le cas des femmes était et demeure au cœur de la rhétorique missionnaire. Celle-ci a cependant connu des évolutions notables à mesure que les Eglises protestantes se normalisaient. En effet, la première Eglise arabophone autochtone a vu le jour à Beyrouth en 1848. Plus d’un siècle et demi plus tard, le protestantisme est pleinement intégré dans le paysage religieux local. A partir d’un terrain effectué dans le cadre d’une thèse, de 2010 à 2012, en Egypte et au Liban, Fatiha Kaouès se propose d’analyser le développement évangélique dans ces pays en se focalisant sur le cas des femmes. La femme comme objet de discours et actrice de ce renouveau est en effet au cœur des enjeux que soulève le développement protestant évangélique dans la région.