Partenaires

 



Rechercher



Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Séminaires de Master et de recherche > Séminaire de recherche FLS (Filmer les Suds) (2014-2017) > Archives 2008-Juin 2013 > Séances > En 2012-2013

God Djama ElMI

God Djama ElMI (Doctorant en Histoire contemporaine IREMAM)
présentera

Le Mercredi 14 Novembre 2012 de 9h30 à 12h30 en salle DUBY (MMSH)

Bouleversement du paysage religieux en République de Djibouti des années 1970 à nos jours.
D’un soufisme monolithique pluriséculaire à l’émergence d’un foisonnement de mouvements issus des différentes pensées réformatrices islamiques du XXe siècle.

En l’espace de trois décennies l’influence soufie sur la société Djiboutienne a fondu au profit du tabligh, du salafisme, et, dans une moindre mesure, des Frères musulmans. Lesdits mouvements (tabligh et salafisme) ont opéré une « réislamisation » notoire de la société djiboutienne. Ils ont procédé à une rééducation de type religieuse en rehaussant le niveau global des connaissances de la population sur l’islam, d’une part, mais ils ont également favorisé le rayonnement du culte et de la « pratique » religieuse, d’autre part. Force est également d’observer qu’en créant régulièrement des débats et des polémiques sur le dogme, ils ont initié la société à des confrontations inédites et inconnues en République de Djibouti avant leur irruption sur la scène religieuse.

Avec la montée en puissance de l’influence sociale de ces mouvements, l’historien cherche à comprendre la réalité politique de leur impact. La question qui se pose est relative à la traduction politique de cette influence globale. Quelle est la puissance électorale de ces mouvements ? Djibouti pourrait-elle évoluer, politiquement, à la manière du Yémen voisin ou de la Somalie limitrophe ? Cet élargissement de l’audience des tablighs et des salafistes- dans une société à plusieurs vitesses- fait émerger une tension générationnelle entre parents/enfants et une tension linguistique entre francophones/arabophones. En effet, les différents segments de la société n’entretiennent pas le même rapport à la religion.

Nous tenterons-dans cette séance- de montrer les tournants historiques de cette récente évolution de 1970 à nos jours.