Partenaires

CNRS
 



Rechercher



Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Séminaires de Master et de recherche > Séminaire de recherche FLS (Filmer les Suds) (2014-2017) > Archives 2008-Juin 2013 > Agenda > Agenda 2008-2009

Séminaires FMAM 2008-2009

Filmer les Mondes Arabe et Musulman « Les images comme sources de connaissance » : séminaire dirigé par Fabienne Le Houérou, Randi Deguilhem, Kamel Chachoua

Séminaire mensuel qui s’intéresse aux questions épistémologiques relatives aux images et à leurs utilisations dans un dispositif de recherche en Sciences Humaines. Le séminaire en 2007-2008 s’adressait aux étudiants de master 2 comme option. En 2008-2009 le séminaire s’inscrit dans une formation doctorale sans toutefois se fermer aux étudiants de master 2. En effet le séminaire reçoit des étudiants de niveaux différents mais également des professionnels du monde audiovisuel. Cette rencontre entre professionnels et étudiants étant l’un des points forts du séminaire.


Séminaire « Expressions de la contestation »


L’année 2008-2009 propose une série de séances qui s’ouvrent sur d’autres aires culturelles et s’intéresseront aux expressions filmiques de la contestation afin de montrer les tensions et les enjeux de domination à l’œuvre dans les sociétés du Sud.

Le séminaire prévoit 10 séances et tente d’explorer du film comme expression de la contestation politique. Les politologues utilisent les films de fictions de manière plus exhaustive que par le passé et des doctorants seront invités à présenter leurs travaux d’analyses filmiques sur le cinéma comme source de compréhension des tensions à l’œuvre dans une société.

  • Mercredi 24 septembre, 9H30-12H30 : MMSH, Salle Paul-Albert Février, séance J. Vignet-Zunz, exode rural au Maroc.
    Réflexions autour du film, La famille d’Ali, sur l’exode rural d’une famille déchirée entre deux mondes. La famille d’Ali à la croisée des chemins. Au nord du Maroc, dans le Rif occidental, vivent les Jbala (ceux de la montagne). Malgré une forte démographie, la montagne se vide d’une partie de ses habitants. Dans Lehra, un village de la commune rurale-tribu des Bni Gorfet, Rahma, veuve d’Ali, évoque sa vie et ses problèmes tout en vaquant avec ses filles à ses occupations quotidiennes. Ses propos s’entrecroisent avec ceux de ses fils, Mohammed (resté près d’elle) et Abdallah (qui vit à Tanger), et de Si Ahmed, paysan lettré, beau-frère de son défunt mari. Ils témoignent leur attachement au village, à la région, mais en même temps constatent avec réalisme les effets disruptifs de la vie d’aujourd’hui. Prises de vue réelles. Utilisation d’une carte géographique et de photographies. Commentaire voix off et interventions en son direct (arabe) sous-titrées. Musique originale. 1998. 45 mn. Auteur scientifique : Jawhar Vignet-Zunz. Réalisateur : Philippe Fontenoy. Production : CNRS AV. Support original DV Cam.
  • Jeudi 2 octobre, 9H30-12H30, MMSH, Salle Paul-Albert Février, séance Cécile Boëx, doctorante politologue, s’interrogera sur les films comme véhicules de contestation politique à l’œuvre dans la Syrie contemporaine autour du film d’Omara Amiralay, Les Poules, « Le film de fiction comme source de connaissance pour les sciences sociales. Exemple à partir d’une réflexion sur l’énonciation du politique et de la contestation dans le cinéma syrien. ». L’exploration esthétique et les dimensions poétiques des films ont trop souvent été cantonnées aux domaines de l’histoire de l’art ou de la critique. Or il est possible de les aborder dans le cadre d’une réflexion contextualisée sur la construction de l’intelligibilité filmique, établie sur le postulat que celle-ci est politique avant tout parce qu’elle est exposée et que sa production intègre systématiquement ses conditions d’exposition. On peut alors envisager un film autrement qu’un simple contenu dans lequel se déploierait l’expression esthétique de l’engagement, qui renouvellerait les modes d’expression du combat politique, ou signalerait les prémices d’une révolution. Séance animée par Randi Deguilhem.
  • Mercredi 10 décembre, 9H30-12H30, MMSH, Salle Paul-Albert Février, Jean-Louis Triaud, Cemaf, présentera Les Mourides du Sénégal au prisme d’une émission télévisée islamique (France 2).
  • Mercredi 21 janvier, 9H30-12H30, MMSH, Salle Paul-Albert Février, Goetz Nordbruch, historien et chercheur associé à l’IREMAM, qui va animer une séance sur « La deuxième guerre mondiale vue de la rive sud de la Méditerranée ». Il nous montrera trois « morceaux » de films de fictions qui mettent en scène un regard particulier sur la guerre. Un film égyptien : « Alexandrie Pourquoi ? » de Youssef Chahine ; un film algérien : « Les chroniques des années de braise » et un film sénégalais : « Camp Thiaoré » de Ousman Sembene.

  • Mercredi 11 février, 9H30-12H30, MMSH, Salle Paul-Albert Février, Gilles Remillet, anthropologue, présentation de son dernier filmé présenté au festival du film de chercheur sur les problématiques liées au travail comme lieu de la contestation sociale, séance de Fabienne Le Houérou. Thématique : Ethno-cinématographie du travail ouvrier. Présentation du film « Ouvriers de Tamaris », 76 min, 2007. Le film, tourné entre 2000 et 2002 dans une fonderie d’acier gardoise située au nord de la ville d’Alès, sur le site industriel de « Tamaris », présente le quotidien du travail ouvrier dans les principaux ateliers de l’usine. Il rend compte des processus matériels, mais également des normes et des valeurs qui sous-tendent les actions des hommes au travail et donne à voir et à entendre des éléments essentiels du milieu ouvrier et de l’univers industriel.

  • Mercredi 18 février, 9H30-12H30, MMSH, Salle Paul-Albert Février, Les émeutes de réfugiés dans le monde, territoires comparés, Lisa Anteby, anthropologue au CNRS (Israël terre d’asile : les migrants forcés africains et l’exception des réfugiés du Darfour en Israël, l’existence d’une shoah soudanaise ?) Julie Baujart, doctorante en anthropologie (contestations des réfugiés à New Delhi) et Fabienne Le Houérou (manifestations des Soudanais au Caire). La séance explorera les usages du conflit dans la négociation et s’interrogera, à partir de terrains pluriels, dans quelle mesure et de quelle manière les réfugiés sont capables d’influer sur la relation qu’ils entretiennent avec leur institution de tutelle (le Haut Commissariat des Réfugiés pour le Nations Unies).

  • Mercredi 11 mars, 9H30-12H30, MMSH, Salle Paul-Albert Février, Sophie Ferchiou, Directrice de Recherche CNRS, filmer le religieux, « Zarda » pèlerinage en Tunisie. Film tourné dans les années 50 que l’on peut considérer comme un travail cinématographique pionnier. Le film porte sur les rituels religieux et festifs. Film réalisé dans le cadre des travaux de recherches d’anthropologie religieuse où les rituels de pèlerinage autour du sanctuaire de l’ancêtre-saint et les rituels festifs qui l’accompagnent apparaissent comme « phénomène social total ». Séance animée par Hélène Claudot-Hawad, Directrice de Recherche au CNRS (IREMAM).

  • Mercredi 18 mars, 9H30-12H30, MMSH, Salle Paul-Albert Février, Nadya Sbaiti, "About Baghdad. Sliding Windows : Documenting the Early Stages of the American Invasion of Iraq, July 2003. About Baghdad follows Sinan Antoon, an exiled Iraqi writer and poet, on his return to Baghdad in July 2003 to see what became of his city after decades of war, sanctions, oppression and occupation. Antoon takes us on a journey exploring what ordinary Iraqis think and feel about the current situation. In the simmering heat of Baghdad’s summer, Iraqis of various ethnic and political backgrounds and orientations speak of past horrors and present fears. Reflections on the traumatic legacy of dictatorship, sanctions and war reveal the resilience and humanity of a people who were for decades dehumanized and disappeared behind Saddam’s image. From poets to politicians, cabdrivers to communists, retirees to American soldiers, About Baghdad navigates the misunderstood and misrepresented straits separating yet involving both Iraqis and Americans. Séance animée par Randi Deguilhem.

  • Mercredi 13 mai, 9H30-12H30, MMSH, Salle Paul-Albert Février, Ikbal Zalila, Assistant à L’Institut Supérieur des Arts multimédias de l’université de la Manouba, présentera un film sur les actualités tunisiennes de 1956 à 1970 et s’interrogera sur les images du président Bourguiba au prisme des actualités télévisées. Le film est d’une durée de 1h10 minutes comporte deux parties : Itinéraires du corps et représentations de l’histoire. Le documentaire n’est pas la simple illustration d’un travail écrit mais ambitionne de proposer une réflexion par le biais du montage et du son sur les types d’articulations possibles entre cinéma et histoire. Séance animée par Eric gobe.

  • Vendredi 15 mai,15 h-18 h, MMSH, salle DUBY, Salem Chaker et Kamel Chachoua animeront une séance sur le poète et chanteur kabyle Slimane Azem (1918-1993) et présenteront le documentaire de Rachid Merabet (2004) et autres documents.

  • Jeudi 11 juin, 9H30-12H30, MMSH, Salle Paul-Albert Février, Hélène Claudot-Hawad, Anthropologue CNRS, projection de son film "Furigraphier" le vide.
    Art et poésie touareg pour le IIIe millénaire.
    Comment être nomade aujourd’hui ? Comment poursuivre la marche qui multiplie les horizons ? Comment entretenir le territoire ancestral sans le parcourir ? Comment occuper le vide ?
    Ces questions douloureuses se posent avec une violence accrue aujourd’hui dans les espaces arides du Sahara et du Sahel à l’économie asphyxiée, à la population criminalisée et aux territoires âprement convoités pour leurs richesses minières, cédées par les Etats aux entreprises multinationales. Pour résister au chaos et au non-sens, pour lutter contre l’ultime dépossession de soi : celle de l’imaginaire, quarante-quatre poètes touareg réunis pendant trois nuits et trois jours en novembre 2006 à Agadez dessinent des parcours inédits, libérés des entraves qui immobilisent aujourd’hui leur société et réinventent à leur manière les trames du présent.