Partenaires

 



Rechercher



Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Iremam
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
Contact

Accueil > Séminaires de Master et de recherche > Séminaires hors les murs (2018-2019) > Archives Séminaires hors les murs > Archives Séminaires IISMM-EHESS et EHESS (2010-2018) > Archives 2011-2012

Identités et pratiques homosexuelles dans le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam contemporains

Séminaire EHESS 2011-2012

Responsables

Florence Bergeaud-Blackler, chercheure associée à l’IREMAM
Martine Gross, ingénieure de recherche au CNRS

2e lundi du mois de 13 h à 15 h (105 bd Raspail 75006 Paris), du 10 octobre 2011 au 11 juin 2012

  • 10 octobre 2011 = salle 2
  • 14 novembre 2011 = salle 3
  • 12 décembre 2011 = salle 3
  • 9 janvier 2012 = salle 3
  • 13 février 2012 = salle 4
  • 12 mars 2012 = salle 2
  • 14 mai 2012 = salle 2
  • 11 juin 2012 = salle 2

Bien que les religions n’aient pas énoncé autre chose que des interdits portant sur des pratiques sexuelles, la prohibition religieuse de l’homosexualité semble être considérée aujourd’hui comme la principale source morale de l’interdit qui pèse sur les identités et orientations sexuelles non hétéro-normées. Les courants majoritaires des religions scripturaires en particulier, représenteraient les derniers bastions conservateurs de l’hétéronorme dominante en condamnant, voire en punissant, toute identité ou orientation sexuelle transgressive.
Derrière l’apparent conservatisme monolithique des religions, se dessinent en réalité des lignes de fractures importantes. En Europe notamment, le judaïsme, le christianisme et l’islam sont profondément ébranlés par l’« inversion de la question homosexuelle », c’est-à-dire la mise en question de l’hétérosexualité comme norme évidente, naturelle. Les questions publiques posées par l’homosexualité entrainent des débats internes qui ébranlent les institutions et rites traditionnels sur lesquelles reposent leur influence (rites de baptême (transmission), de mariage (alliance) ou de deuil (eschatologie). Ces questions affectent également leurs organisations et modes de gouvernance internes, leur capacité à représenter ou à médiatiser l’ordre moral dont elles tirent leur légitimité, ou encore les interprétations et modes d’interprétation des récits fondateurs. Cet ébranlement est le signe d’une transformation dans l’appréhension et l’appréciation du fait (homo)sexuel par les religions.
Ce séminaire vise à comprendre et analyser les ressorts et les conséquences sur le champ religieux de cette transformation du fait homosexuel dans nos sociétés modernes. Dans une perspective descriptive, analytique et comparative, interdisciplinaire, nous étudierons l’impact sur les différents courants des trois religions monothéistes de la politisation de la sexualité en nous intéressant tout particulièrement aux courants LGBT confessionnels, à leur insertion dans les champs religieux et politiques à l’intersection desquelles elles se situent.

En savoir plus sur le site de l’EHESS

Consulter le blog